Sexe, drogues et pas vraiment de rock’n’roll.
La contraception, une affaire de femmes ?

 

Jusqu’à un certain âge…

Ces conversations marquent le début d’une histoire sérieuse dans les relations hétérosexuelles : on fait des dépistages MST, on arrête les préservatifs et… elle s’occupe du reste. La contraception n’est pas une affaire de femmes, c’est une affaire de couples.
41% des femmes prennent aujourd’hui la pilule. C’est le moyen de contraception le plus répandu en France (alors qu’au Canada c’est… la stérilisation temporaire masculine). Erigée en symbole de l’acquisition de l’indépendance sexuelle des françaises, la pilule est un réflexe. Pourtant les alternatives sont nombreuses ! On fait le point.

Le point sur la pilule

Une étude danoise menée pendant 13 ans sur plus d’un million de femmes âgées de 15 à 34 ans lève les doutes. Pour un tiers des femmes qui la prennent, la pilule est responsable de nausées, de maux de tête, d’une baisse du désir sexuel et de sautes d’humeur pouvant même aller jusqu’à des états dépressifs. Ces effets secondaires, connus dès les années 70, ont été ignorés du fait d’une conception biaisée de la contraception.

La pilule ne peut convenir à tout le monde et ce « réflexe pilule » devrait laisser sa place à des choix plus informés sur ce qui convient à chacune.

Slip chauffant, injections… découvrir la contraception masculine

Depuis les années 90, les solutions de contraceptions masculines existent. Elles sont pourtant très peu développées et personne n’en parle. La pilule hormonale pourrait très bien être masculine, mais les laboratoires pharmaceutiques se sont concentrés sur sa version féminine. Ce reportage d’Arte Radio fait le point et c’est passionnant !

Combattre les idées reçues autour du stérilet avec Martin Winckler

Pour celles qui ne le connaissent pas encore, Martin Winckler est gynécologue et écrivain. Il milite pour une gynécologie plus respectueuse des femmes et pour la vulgarisation des sujets de gynécologie. Dans la vidéo ci-dessous, on apprend par exemple que le stérilet est tout aussi efficace que la « pilule du lendemain » comme contraception d’urgence si posé dans les 5 jours suivant le rapport non protégé.

Le diaphragme, grand oublié des choix contraceptifs

Le diaphragme est un capuchon de latex, en forme de dôme, tendu par un anneau rigide et qui se place au fond du vagin devant le col de l’utérus. Ce mode de contraception bloque la progression des spermatozoïdes vers l’utérus. Vous n’en n’avez jamais entendu parler ? Nous non plus. Sauf dans Sex & The City où Carrie est obligée de demander à une de ses copines de l’aider à le décoincer…

En savoir plus sur Decider (article en anglais).

sex-diaphragm

Ou alors je vais en urgence chez le gynéco, ou l’une de vous me donne un coup de main.

Implant, anneau vaginal, éponge, préservatif féminin, spermicides, retrait… Comment on s’y retrouve ?

La bonne contraception n’existe pas. On le dit mais il faut le répéter. La seule qui vaille est celle qui vous convient et pour nous y retrouver il faut s’informer et surtout tester. Pour s’informer bien entendu, le premier interlocuteur est un.e gynécologue ou un.e sage-femme avec qui on s’entend bien et qui a cette immense qualité qu’est l’écoute.

En ligne, il y a aussi ce site.

LA GLORIEUSE DE LA SEMAINE

Des infos qui nous font déculpabiliser.

Des femmes qui nous inspirent.

TOUS LES MERCREDIS DANS VOTRE BOÎTE MAIL

Share This