Glorio, le masculin pour les hommes qui vous ressemblent

Les Glorieuses lancent GLORIO, une série de Unes de magazines masculins à usage parodique. Les unes GLORIO ont été construites suivant les codes des magazines féminins – dans l’esthétique et dans la rédaction – afin de mettre en lumière la manière dont les femmes sont représentées dans les médias. Blancs, jeunes, athlétiques et avides de nature, les modèles choisis sont éloignés de notre quotidien. GLORIO s’adresse aux hommes en prenant un ton utilisé lorsque des médias s’adressent aux femmes.  A dessein, nous avons voulu reproduire le carcan proposées par les magazines féminins : peu de noirs ou d’arabes, pas d’asiatiques, pas de personnes en surpoids, etc. Les unes reproduisent ainsi la vision d’une société blanche, hétéronormée et qui met en avant les idéaux de jeunesse et de minceur. L’objectif de GLORIO est double : se moquer du traitement que les médias réservent aux femmes et réaliser l’absurdité de la représentation des femmes dans les médias ! S’adresser aux hommes est une façon d’élargir la discussion féministe et d’inclure nos homologues masculins dans des combats qui les touchent tout autant.

Graphisme : Alix Heuer

Vanessa remplace Léa chez Ruquier

La une du Parisien du 29 mai a fait sourciller plus d’un/e lecteur/trice. Pourquoi, encore aujourd’hui, les femmes sont-elles réduites à un prénom ? Philippe Vandel analyse très justement que le patronyme est réservé aux hommes et le prénom aux femmes. Au delà du prénom, la manière dont elles sont présentées diffère considérablement. Dans cette affaire, les caractéristiques physiques de la nouvelle animatrice ne manquent pas : « belle blonde », « blonde », « blonde aux yeux bleus »…

L’apparition de la « victime présumée »

Les victimes de harcèlement de la part de Denis Baupin, Amber Heard, l’ex-conjointe de Johnny Depp, … les victimes du patriarcat voient leur témoignage troublé par la notion de « victime présumée ». Créé de toute pièce lors de l’affaire DSK en 2011, cette notion remet en cause la parole de la victime puisqu’elle souligne que « sa » vérité est encore à prouver. Nous vivons ainsi dans une société où lorsque les femmes annoncent qu’elles se sont faites agressées, la société relativise d’emblée leur expérience.

La culpabilité de la non perfection

Les magazines contribuent à créer chez les femmes une volonté d’atteindre un statut de femmes parfaites. Cet idéal repose sur une attente impossible. Il faut à la fois être une mère parfaite, une femme romantique, avoir un intérieur magnifique et rougir au moindre compliment. Ce n’est pas tout. En plus de cela, il faut être une sportive hors pair, être forte, performante au lit et indépendante financièrement. Le résultat ne se fait pas attendre : cela donne une génération qui craque dans cette volonté d’atteindre la perfection. Lire notre newsletter sur le mythe de la perfection.

Le bodyshaming

Quelques semaines avant les vacances d’été, le marathon commence : comment perdre les trois kilos, comment avoir un corps de rêve, comment avoir le corps d’une femme de 20 ans quand on en a 40 ans… Le culte de la minceur et du corps plat en fait culpabiliser plus d’une. Le bodyshaming – la stigmatisation des corps – est l’ensemble des discriminations basées sur la taille ou le poids des personnes. Ainsi, les femmes sont toujours trop « grosses » ou trop « maigres », ou trop « petites » ou trop grandes ». En véhiculant l’image d’une femme parfaite, photoshopée sous tous les angles, les médias contribuent à la création d’un idéal qui n’a pas lieu d’être.

Les Glorieuses, c’est quoi ?

Cette newsletter engagée a pour ambition de réinventer l’information sur les femmes. Chaque semaine, une thématique de société est abordée avec un édito et une revue de presse internationale sur le sujet : le syndrôme de l’imposteure, la place des femmes dans le cinéma, ou encore sur la contraception.

En 6 mois, Les Glorieuses comptent déjà 17,000 abonnés et s’est déjà illustrée pour ses actions comme « Les femmes s’engagent contre le FN » qui a recueilli près de 15,000 signatures en quelques jours.

Des infos qui nous font déculpabiliser.

Des femmes qui nous inspirent.

TOUS LES MERCREDIS DANS VOTRE BOÎTE MAIL

Share This