Vous avez le pouvoir.

Les Femmes Ont Le Pouvoir est une plateforme politique et non partisane.
L’égalité entre les femmes et les hommes n’a jamais été aussi proche.
Pourtant les droits des femmes n’ont jamais été aussi fragiles.

Vous avez le pouvoir.

Les Femmes Ont Le Pouvoir est une plateforme politique et non partisane.

L’égalité entre les femmes et les hommes n’a jamais été aussi proche.

Pourtant les droits des femmes n’ont jamais été aussi fragiles.

S’INFORMER

Les candidats à l’élection présidentielle 2017 défendent-ils les droits des femmes ?

DISCRIMINATIONS

Nathalie Arthaud (Lutte Ouvrière)

#Mandat En mars 2013, lorsqu’il a été demandé si « le maire devait signer la charte européenne pour l’égalité des hommes et des femmes dans la vie locale », elle a « probablement » voté oui.

#Programme. « Nous nous opposons aussi aux pressions pour le port du voile et aidons, dans la mesure de nos moyens, les femmes qui veulent rejeter ce symbole de soumission. » #Discriminations

« Il faut en même temps faire en sorte que celles et ceux qui pratiquent la prostitution ne soient pas marginalisés au point d’être mis en danger par la maladie, le mépris, la violence, les mauvais traitements, le manque de formations, l’impossibilité d’apprendre la langue du pays. Les prostituées ont des droits, doivent les connaître et pouvoir les exercer. Elles doivent pouvoir être suivies médicalement et bénéficier de toutes les aides sociales. Je suis donc pour mettre en place de véritables moyens financiers et humains dans l’hébergement et le suivi social des mineurs isolés et des jeunes exclus, notamment LGBT, augmenter les moyens alloués à l’hébergement d’urgence […] augmenter les montants et possibilités d’accès aux bourses étudiantes ». #Discriminations

 

 

  Jacques Cheminade (Solidarité et progrès)

#ProgrammeJacques Cheminade propose de « faire accéder à la formation ceux qui en ont le plus besoin (jeunes insuffisamment qualifiés, salariés en réinsertion, chômeurs de longue durée, femmes cherchant un emploi après une maternité, salariés de PME et de TPE, etc.) ». « Le décret du 29 décembre 2015 a amélioré la situation des contractuels dans la fonction publique et fait disparaître les non titulaires, qui dépassaient le million (dont plus des deux tiers étaient des femmes). J’y vois certes une amélioration mais en précarisant la sécurité. Je compléterai ce texte en l’orientant vers la titularisation, avec plus de formations effectives pour chacun afin de pouvoir passer les concours de la fonction publique à niveau égal. Pour moi, les droits doivent être les mêmes pour tous et toutes dans le service public ». 

Nicolas Dupont-Aignan (Debout La France)

#Mandat Il était absent lors la proposition de résolution européenne visant à promouvoir l’harmonisation des législations européennes applicables aux droits des femmes (23 février 2010). Le 15 mars 2004, il a voté pour la loi n° 2004-228 encadrant, en application du principe de laïcité, le port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées publics.

#programme. Nicolas Dupont-Aignan prévoit d’ « aider les femmes victimes des réseaux de prostitution à retrouver leur liberté (aide aux associations, lutte contre les trafics, etc.) ». Pour lui, « libérer les femmes » passe par l’interdiction de signes religieux : « interdire les signes religieux ostentatoires à l’hôpital, dans l’entreprise et à l’Université », et « libérer les femmes des « prisons textiles » dans les universités, les hôpitaux et les entreprises par le bannissement de tous signes d’appartenance religieuse dans ces lieux comme cela a été fait à l’Ecole ».

François Fillon (Les Républicains)

#programme. Le candidat propose de : « supprimer les aides à toutes les associations qui ne respectent pas l’égalité homme/femme, la mixité, la liberté » ; « interdire les prêches qui portent une atteinte grave au principe d’égalité homme/femme et sanctionner pénalement ces atteintes » ; « appliquer fermement les dispositions qui permettent de fermer les lieux de culte au sein desquels sont tenus des propos constituant une provocation à la haine ou à la violence (article 8 de la loi sur l’état d’urgence) et interdire les prêches en arabe » ; « faire respecter la loi qui interdit le port de la burqa » ; « aider les associations de mères qui luttent dans les quartiers contre la radicalisation de leurs enfants, et aider plus globalement les associations qui luttent pour défendre l’égalité homme/femme ».

 

Benoît Hamon (Parti Socialiste)

#Mandat Il a voté pour la résolution sur le “Rôle et place des femmes migrantes dans l’Union européenne” qui estime, entre autres, que la politique de l’Union européenne en matière de développement et de cohésion sociale doit mettre en œuvre des mesures efficaces d’accueil et d’intégration des migrants, notamment des femmes, lesquelles représentent désormais la majorité de ceux qui immigrent vers l’Union européenne » (24/10/2006). Il a voté pour la stratégie pour combattre la traite des femmes et des enfants, vulnérables à l’exploitation sexuelle (17/01/2006). Il s’est abstenu sur la résolution contre les Discriminations de genre dans les systèmes de santé (8/09/2005). Il a voté pour la résolution sur la situation des femmes dans les conflits armés et leur rôle dans la reconstruction et le processus démocratique dans les pays en situation post-conflit (1/06/2006).

#Programme Benoît Hamon propose de créer un corps de contrôle anti-discriminations, « un nouveau service public, la brigade de lutte contre les discriminations. Ce corps de contrôle vérifiera régulièrement les pratiques des structures publiques et privées en matière de discrimination (d’égalité femmes-hommes, accessibilité pour les personnes handicapées, discriminations à l’embauche et plafond de verre, traitement inéquitable des clients ou usagers, etc.) ».

 

  Jean Lasalle (MoDem)

#Mandat. Il était absent lors d’un vote sur la proposition de résolution européenne visant à promouvoir l’harmonisation des législations européennes applicables aux droits des femmes (23 février 2010). Le 15 mars 2004, il a voté contre la loi n° 2004-228 encadrant, en application du principe de laïcité, le port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées publics.

 

Marine Le Pen (Front National)

#mandat Elle n’a pas voté lors du vote de la résolution du 13 décembre 2016 sur les droits des femmes dans les pays du partenariat oriental. Elle a voté contre la résolution du 25 mai 2016 sur la pauvreté : une perspective d’égalité entre hommes et femmes. Il est question de reconnaître que les femmes hétérosexuelles, lesbiennes, bies et/ou trans subissent la pauvreté de manière bien plus significative que les hommes. Elle a voté contre la résolution du 28 avril 2016 sur l’Égalité des genres et émancipation des femmes à l’ère du numérique. Elle a voté contre la résolution du 18 avril 2016 sur les femmes employées de maison, auxiliaires de vie et gardes d’enfants dans l’Union européenne. Elle était absente lors du vote de la résolution du 8 mars 2016 sur la situation des réfugiées et des demandeuses d’asile dans l’Union européenne. Elle était absente lors du vote de la résolution du 8 mars 2016 sur l’approche intégrée de l’égalité des femmes et des hommes dans les travaux du Parlement européen. Elle a voté contre la résolution du 3 février 2016 sur la stratégie de l’Union européenne pour l’égalité entre les femmes et les hommes après 2015. Elle a voté contre le renouvellement du plan d’action de l’Union européenne sur l’égalité des sexes et l’émancipation des femmes dans le cadre de la coopération au développement  (8 octobre 2015). Elle a voté contre la résolution du 10 mars 2015 sur les progrès accomplis en matière d’égalité entre les femmes et les hommes dans l’Union en 2013  les progrès en termes d’égalité entre les femmes et les hommes en 2013. Cette loi propose de mettre en lumière la diversité des discriminations subies par les femmes dans le monde (violences, l’orientation sexuelle, l’âge, l’origine, …). Elle a voté contre la résolution sur l’Égalité de traitement entre les femmes et les hommes dans l’accès aux biens et services et la fourniture de biens et services (16/04/2013). Elle a voté contre la résolution sur le “Rôle et place des femmes migrantes dans l’Union européenne” qui estime, entre autres, que la politique de l’Union européenne en matière de développement et de cohésion sociale doit mettre en œuvre des mesures efficaces d’accueil et d’intégration des migrants, notamment des femmes, lesquelles représentent désormais la majorité de ceux qui immigrent vers l’Union européenne » (24/10/2006).Elle n’a pas voté lors du vote de la résolution sur la situation des femmes dans les conflits armés et leur rôle dans la reconstruction et le processus démocratique dans les pays en situation post-conflit (1/06/2006). Elle a voté pour la stratégie pour combattre la traite des femmes et des enfants, vulnérables à l’exploitation sexuelle (17/01/2006). Elle était absente lors du vote de la résolution du Parlement européen sur le suivi du programme d’action de la quatrième conférence mondiale sur les femmes (Pékin + 10). Résolution visant à mettre en pratique ce qui a été établi lors de la quatrième conférence mondiale sur les femmes (10/03/2005).

#Programme. Pour combattre les discriminations, M. Le Pen s’attaque aux religions, à une en particulier : elle prévoit de lutter contre l’islamisme qui fait reculer leurs libertés fondamentales”.

 

Emmanuel Macron (En Marche)

#Mandat En tant que ministre, il a proposé la loi n°2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques proposée par Emmanuel Macron. Cette loi implique la remise d’un rapport sur les conséquences du marketing différencié en fonction du sexe, les écarts de prix selon le sexe du consommateur et les inégalités pesant sur le pouvoir d’achat des femmes et des hommes (article 48).

 

Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise)

#mandat En tant que député européen : Il a voté pour la résolution du 13 décembre 2016 sur les droits des femmes dans les pays du partenariat oriental. Il était absent pour la résolution du 25 mai 2016 sur la pauvreté : une perspective d’égalité entre hommes et femmes. Il est question de reconnaître que les femmes hétérosexuelles, lesbiennes, bies et/ou trans subissent la pauvreté de manière bien plus significative que les hommes. Il s’est abstenu lors du vote de la résolution du 28 avril 2016 sur l’Égalité des genres et émancipation des femmes à l’ère du numérique. Il a voté pour la résolution du 18 avril 2016 sur les femmes employées de maison, auxiliaires de vie et gardes d’enfants dans l’Union européenne. Il n’a pas voté lors du vote de la résolution du 8 mars 2016 sur la situation des réfugiées et des demandeuses d’asile dans l’Union européenne. Il a voté pour la résolution du 8 mars 2016 sur l’approche intégrée de l’égalité des femmes et des hommes dans les travaux du Parlement européen. Il a voté contre la résolution du 3 février 2016 sur la stratégie de l’Union européenne pour l’égalité entre les femmes et les hommes après 2015. Il a voté pour le renouvellement du plan d’action de l’Union européenne sur l’égalité des sexes et l’émancipation des femmes dans le cadre de la coopération au développement  (8 octobre 2015). Il a voté pour la résolution du 10 mars 2015 sur les progrès accomplis en matière d’égalité entre les femmes et les hommes dans l’Union en 2013  les progrès en termes d’égalité entre les femmes et les hommes en 2013. Cette loi propose de mettre en lumière la diversité des discriminations subies par les femmes dans le monde (violences, l’orientation sexuelle, l’âge, l’origine, …). Il a voté pour la Résolution du Parlement européen du 26 février 2014 sur l’exploitation sexuelle et la prostitution et leurs conséquences sur l’égalité entre les hommes et les femmes (26/02/2014). Il a voté pour la résolution sur l’Égalité de traitement entre les femmes et les hommes dans l’accès aux biens et services et la fourniture de biens et services (16/04/2013). En tant que sénateur, il s’est abstenu lors du vote de la loi du 30 décembre 2004 sur la création de la haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (consolidée) crée la haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité et renforce la lutte contre les propos discriminatoires à caractère sexiste.

#Programme. Jean-Luc Mélenchon prévoit :

« Assurer l’égalité réelle et combattre les discriminations fondées sur le genre, le handicap, l’apparence, la couleur de peau, l’âge, l’orientation sexuelle, la religion ou la croyance, l’origine sociale ou la fortune »

« Adopter une loi de lutte contre le sexisme »

« Abolir la prostitution et garantir la dignité de la personne humaine »

« Constitutionnaliser la non-marchandisation du corps humain «

« Refuser de rencontrer d’État à État ceux qui obligent nos ministres femmes à porter des accoutrements contraires à la dignité républicaine. »

« Garantir l’égalité entre le sport féminin et masculin, y compris en matière de diffusion à la télévision »

 

Philippe Poutou (Nouveau Parti Anticapitaliste)

#Programme. Il propose : « les mêmes droits pour toutes et tous, femmes et hommes, homos et hétéros, notamment la procréations médicalement assistée pour toutes, une filiation directe pour les couples de même sexe, la fin des stérilisations forcées, le changement d’état civil sur simple demande, l’arrêt des mutilations des personnes intersexuées, des moyens financiers contre les LGBTIphobies. » et l’abrogation des lois discriminant et stigmatisant les femmes musulmanes.

ÉDUCATION

Nicolas Dupont-Aignan (Debout La France)

#Programme N. Dupont-Aignan propose de « renforcer les sanctions contre les propos et images misogynes allant jusqu’à l’appel à la violence, notamment dans les chansons. »

 

 

François Fillon (Les Républicains)

#Programme F. Fillon propose d’”effectuer dès l’école primaire un travail de pédagogie sur le respect des femmes avec la création d’un modèle inspirant d’égalité homme/femme. Il s’agit de faire prendre conscience aux jeunes de la valeur de l’égalité homme/femme. Ces communications seront proposées dans les écoles (avec ou hors contrat) et créées en collaboration avec des jeunes en utilisant leurs codes et leurs outils (SMS, vidéos, réseaux sociaux).” ; d’”intensifier les contrôles des professeurs et des enfants qui sont scolarisés dans des écoles hors-contrat et qui ne respectent pas, notamment, les principes républicains de l’égalité homme/femme” ; de “prévoir la présence de référents formés sur ce type de problème dans toutes les écoles de manière à sensibiliser les enfants et à repérer d’éventuels abus” ; de “suivre les actions de services éducatifs confiés aux départements pour qu’un traitement efficace et égalitaire s’applique aux mineurs en danger sur tout le territoire”.

 

Benoit Hamon (Parti Socialiste)

#Mandat Quand il était Ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche en 2014 (147 jours), il a supprimé les « ABCD de l’égalité ». Benoît Hamon a décidé que l’outil pédagogique de promotion de l’égalité homme-femme, qui était expérimenté dans plusieurs centaines de classes (à l’initiative de Najat Vallaud Belkacem et Vincent Peillon), ne serait pas généralisé. Source Le Monde. Il n’a pas voté lors du vote pour la Résolution du Parlement européen du 3 septembre 2008 sur l’impact du marketing et de la publicité sur l’égalité des genres (3/09/2008). Elle attire l’attention sur la nécessité de supprimer tout message contraire à la dignité humaine et véhiculant des stéréotypes de genre dans les livres scolaires, au niveau des jouets, dans les jeux vidéo et informatiques, sur l’internet et dans les nouvelles technologies de l’information et des communications (TIC), ainsi que dans la publicité diffusée sur différents supports médiatiques. Il a voté pour la Résolution du Parlement européen du 21 mai 2008 sur les femmes et les sciences qui appelle, entre autres,  l’attention des États membres sur le fait que les systèmes d’enseignement dans l’Union continuent de favoriser le maintien de stéréotypes sexistes, en particulier dans les domaines de recherche tels que les sciences naturelles (21/05/2008).

 

Marine Le Pen (Front National)

#Mandat Marine Le Pen a voté contre le plan d’action sur l’émancipation des jeunes filles par l’éducation dans l’Union européenne (9 septembre 2015). Elle n’a pas voté lors du vote pour la Résolution du Parlement européen du 3 septembre 2008 sur l’impact du marketing et de la publicité sur l’égalité des genres (3/09/2008). Cette résolution attire l’attention sur la nécessité de supprimer tout message contraire à la dignité humaine et véhiculant des stéréotypes de genre dans les livres scolaires, au niveau des jouets, dans les jeux vidéo et informatiques, sur l’internet et dans les nouvelles technologies de l’information et des communications (TIC), ainsi que dans la publicité diffusée sur différents supports médiatiques. Elle ne propose rien dans son #programme sur cette thématique.

 

Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise)

#mandat Il a voté pour le plan d’action sur l’émancipation des jeunes filles par l’éducation dans l’Union européenne (9 septembre 2015). Il a voté pour la résolution du 9 septembre 2015 sur les carrières scientifiques et universitaires des femmes et les plafonds de verre. Il s’agit de diminuer l’écart entre les femmes et les hommes chercheur.euse.s et plus globalement, dans les domaines universitaires et scientifiques.

Dans son #programme, il propose de « créer un service citoyen obligatoire pour les femmes et les hommes ».

 

Philippe Poutou (Nouveau Parti Anticapitaliste)

#Programme. « Une éducation non sexiste. »

ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE

Nathalie Arthaud (Lutte Ouvrière)

#Mandat Elle a voté « contre les contrats avec des entreprises de nettoyages privées que la mairie a passés pour des équipements municipaux comme le planétarium ». Elle a dénoncé « les conditions de travail, les cadences, les salaires de misère, et les licenciements prématurés dès 50 ans des travailleuses du nettoyage ». Le #programme de Nathalie Arthaud n’est pas encore en ligne.

 

  Jacques Cheminade (Solidarité et progrès)

#Programme. Jacques Cheminade propose de « rétablir l’indexation des revenus (salaires, retraites, etc.) sur le coût réel de la vie, mesuré comme jadis sous la forme du « panier de la ménagère », mesure de nature à provoquer une revalorisation immédiate et conséquente du pouvoir d’achat et dans ce cadre, l’égalité salariale homme/femme. Hausse du SMIC à 1700 euros brut en deux ans ». 

 

Nicolas Dupont-Aignan (Debout La France)

#Mandat Il était absent lors du vote de l’ensemble de la proposition de loi visant à agir concrètement en faveur de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes (première lecture), le 2 février 2017. Il était absent lors du vote portant sur l’ensemble du projet de loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes, le 22 février 2014. Il n’a pas voté lors du vote portant sur une proposition de loi tendant à lutter contre la précarité professionnelle des femmes le 22 novembre 2011. Le 25 mai 2008, il était absent lors du vote portant sur la loi constitutionnelle n° 2008-724 proposant un égal accès des femmes et des hommes aux responsabilités professionnelles et sociales.

#Programme Il propose les mesures suivantes : « créer un label ‘’F – H’’, permettant un allégement de cotisations pour les entreprises respectant l’égalité salariale » ; « améliorer la protection des conjointes de commerçants, artisans et agriculteurs qui ont œuvré à l’activité de leur conjoint en validant plus souplement leurs trimestres de cotisation vieillesse ».

 

François Fillon (Les Républicains)

#Mandat En tant que député à l’Assemblée Nationale, il était absent lors du vote de l’ensemble de la proposition de loi visant à agir concrètement en faveur de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes (première lecture), le 2 février 2017. Il s’est abstenu lors du vote portant sur l’ensemble du projet de loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes en tant que député, le 22 février 2014. En tant que sénateur, il a voté pour la loi n° 2006-340 du 23 mars 2006 relative à l’égalité salariale entre les femmes et les hommes renforce les moyens et engagement concernant la suppression des écarts de rémunération entre les femmes et les hommes et la conciliation entre l’activité professionnelle et la vie familiale.

En tant que Premier Ministre (entre 2007 et 2012) , il a proposé la loi en faveur du travail, de l’emploi et du pouvoir d’achat ( loi Tepa ) le 22 août 2007 . Ce texte prévoit entre autres l’article 25 qui stipule que dans la seconde phrase du deuxième alinéa de l’article L. 900-5 du code du travail, après les mots : « actions de formation », sont insérés les mots : « et à favoriser l’accès à la formation des femmes désireuses de reprendre une activité professionnelle interrompue pour des motifs familiaux ». En outre, le 10 novembre 2010 son gouvernement a aussi appliqué la Réforme des retraites, dont  les art. 1, art. 3, art. 14 et le titre VI sont dédiés aux mesures relatives à l’égalité entre les hommes et les femmes. Ces articles envisagent la “réduction des écarts de pension entre les hommes et les femmes”. Par exemple, les articles du Titre VI modifient le code de travail avec l’objectif de favoriser l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. L’article 99 prévoit notamment que les entreprises d’au moins cinquante salariés sont soumises à une pénalité à la charge de l’employeur lorsqu’elles ne sont pas couvertes par un accord relatif à l’égalité professionnelle. ou, à défaut d’accord, par les objectifs et les mesures constituant le plan d’action défini dans les rapports prévus aux articles L. 2323-47 et L. 2323-57.

#Programme Il propose les mesures suivantes :

« Mieux faire connaître les aides existantes pour faciliter le retour dans l’emploi : l’allocation personnalisée de retour à l’emploi (APRE) ou l’aide à la garde d’enfants »

« La création de dispositifs de formation conciliables avec le mode de vie et les contraintes des femmes seules. »

« Renforcer les contrôles destinés à veiller au respect des dispositifs de parité homme / femme et faire appliquer la loi sur l’égalité des salaires. »

« Mener des campagnes de sensibilisation pour informer sur l’accès à la mixité des métiers et l’ouverture à toutes les filières (technique, scientifique, numérique). »

Benoît Hamon (Parti Socialiste)

#Mandat Benoît Hamon était absent lors du vote de l’ensemble de la proposition de loi visant à agir concrètement en faveur de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes (première lecture), le 2 février 2017 (député). Il était absent lors du vote sur la proposition de directive du Parlement européen et du Conseil concernant l’application du principe de l’égalité de traitement entre hommes et femmes exerçant une activité indépendante (6/05/2009). Il n’a pas voté lors du vote lors du vote de la Résolution du Parlement européen du 10 mars 2009 sur l’égalité de traitement et d’accès entre les hommes et les femmes dans les arts du spectacle (10/03/2009). Cette résolution encourage les États Membres à réfléchir avec leurs institutions culturelles sur la façon de mieux cerner les mécanismes qui produisent les inégalités, de manière à éviter le plus possible toute discrimination liée au genre ; à lever toute entrave à l’accès des femmes à la tête des institutions et des organisations culturelles les plus renommées. Il a voté pour la Résolution du Parlement européen du 15 janvier 2009 sur la transposition et l’application de la directive 2002/73/CE relative à la mise en œuvre du principe de l’égalité de traitement entre femmes et hommes en ce qui concerne l’accès à l’emploi, à la formation et à la promotion professionnelles, et les conditions de travail (15/01/2009). Il était absent lors du vote pour la Résolution du Parlement européen du 18 novembre 2008 contenant des recommandations à la Commission sur l’application du principe d’égalité de rémunération entre les femmes et les hommes. Il était absent lors du vote sur la Résolution du Parlement européen du 17 janvier 2008 sur le rôle des femmes dans l’industrie (17/01/2008). Cette résolution souligne le rôle des femmes dans l’industrie et encourage leur promotion dans le respect de l’égalité de salaires, des conditions de travail, des perspectives de carrière, de la formation professionnelle, et également en respectant la maternité et la paternité en tant que valeurs sociales fondamentales. Il a voté contre la résolution sur l’Égalité des chances et de traitement entre hommes et femmes en matière d’emploi et de travail (6/07/2005).

#Programme B. Hamon met en avant le respect de l’égalité salariale femmes-hommes : « Je renforcerai les sanctions inscrites dans la loi (1 an d’emprisonnement et 3750 € d’amende) en cas de non respect de l’égalité salariale ».

Jean Lassalle (MoDem)

#Mandat. Il était absent lors du vote de l’ensemble de la proposition de loi visant à agir concrètement en faveur de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes (première lecture), le 2 février 2017. Il a voté pour l’ensemble du projet de loi pour l’egalité entre les femmes et les hommes, le 22 février 2014. Il n’a pas voté lors du vote portant sur une proposition de loi tendant à lutter contre la précarité professionnelle des femmes le 22 novembre 2011. Le 25 mai 2008, il était absent lors du vote portant sur la loi constitutionnelle n° 2008-724 proposant un égal accès des femmes et des hommes aux responsabilités professionnelles et sociales.

 

Marine Le Pen (Front National)

#Mandat. En tant que députée européenne, elle a voté contre la résolution du 19 janvier 2016 sur les facteurs externes faisant obstacle à l’entrepreneuriat féminin européen. Elle a voté contre la résolution du 9 septembre 2015 sur les carrières scientifiques et universitaires des femmes et les plafonds de verre. Il s’agit de diminuer l’écart entre les femmes et les hommes chercheur.euse.s et plus globalement, dans les domaines universitaires et scientifiques. Elle était absente lors du vote de la Résolution du Parlement européen du 12 septembre 2013 sur l’application du principe d’égalité des rémunérations entre travailleurs – femmes et hommes – pour un même travail ou un travail de même valeur (12/09/2013). Elle était absente lors du vote sur l’Égalité entre les femmes et les hommes dans l’Union européenne (13/03/2011). Cette résolution l’instauration de quotas d’ici 2012 afin d’accroître la représentation des femmes dans les organes d’administration des entreprises pour que cette représentation atteigne 30 % d’ici 2015 et 40% d’ici 2020. Elle a voté contre la proposition de résolution du Parlement Européen sur les aspects relatifs à l’égalité entre les femmes et les hommes dans le contexte de la récession économique et de la crise financière (12/05/2010). Elle n’a pas voté lors du vote sur la proposition de directive du Parlement européen et du Conseil concernant l’application du principe de l’égalité de traitement entre hommes et femmes exerçant une activité indépendante (06/05/2009). Elle était absente lors du vote de la Résolution du Parlement européen du 10 mars 2009 sur l’égalité de traitement et d’accès entre les hommes et les femmes dans les arts du spectacle (10/03/2009). Elle a voté contre la Résolution du Parlement européen du 15 janvier 2009 sur la transposition et l’application de la directive 2002/73/CE relative à la mise en œuvre du principe de l’égalité de traitement entre hommes et femmes en ce qui concerne l’accès à l’emploi, à la formation et à la promotion professionnelles. (15/01/2009). Elle était absente lors du vote pour Résolution du Parlement européen du 18 novembre 2008 contenant des recommandations à la Commission sur l’application du principe d’égalité de rémunération entre les hommes et les femmes. Elle a voté contre la Résolution du Parlement européen du 17 janvier 2008 sur le rôle des femmes dans l’industrie (17/01/2008). Cette résolution souligne le rôle des femmes dans l’industrie et encourage leur promotion dans le respect de l’égalité de salaires, des conditions de travail, des perspectives de carrière, de la formation professionnelle, et également en respectant la maternité et la paternité en tant que valeurs sociales fondamentales. Elle a voté contre la résolution sur l’Égalité des chances et de traitement entre hommes et femmes en matière d’emploi et de travail (06/07/2005)

#Programme Elle mentionne  : « mettre en place un plan national pour l’égalité salariale » et “lutter contre la précarité professionnelle et sociale”.

 

Emmanuel Macron (En Marche)

#Mandat Il a proposé la loi n° 2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques proposée par Emmanuel Macron. Cette loi promeut, entre autres, la diversité et la parité au sein des offices publics et ministériels (article 52).

#Programme E. Macron propose les mesures suivantes pour promouvoir l’égalité professionnelle :

« Aider les femmes à concilier vie familiale et vie professionnelle. »

« Pour que les couples soient à égalité face aux modes de garde des enfants et empêcher les passe-droits, nous obligerons les communes à publier en ligne leurs critères d’attribution des places de crèche, puis à mettre en place systématiquement un système de cotation des demandes. Dans le même temps, nous soutiendrons l’effort massif de construction de places de crèche. »

« Nous voulons que le travail des femmes soit enfin rémunéré à sa juste valeur. »

« Pour accélérer l’égalité professionnelle et salariale dans les grandes entreprises, le Défenseur des Droits aura pour mission de favoriser les opérations de contrôle aléatoires et imprévus à grande échelle sur les politiques salariales et de ressources humaines, et de rendre publics les résultats. Nous nous engageons à ce que l’Etat soit exemplaire dans ce domaine. »

« Il y aura l’équivalent d’un 13e mois pour toutes les femmes et tous les hommes au SMIC : 100€ de plus par mois. »

 

Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise)

#Mandat En tant que député européen, il s’est abstenu lors du vote de la résolution du 19 janvier 2016 sur les facteurs externes faisant obstacle à l’entrepreneuriat féminin européen. Il a voté pour la résolution du 9 septembre 2015 sur les carrières scientifiques et universitaires des femmes et les plafonds de verre. Il s’agit de diminuer l’écart entre les femmes et les hommes chercheur.euse.s et plus globalement, dans les domaines universitaires et scientifiques. Il a voté pour la Résolution du Parlement européen du 12 septembre 2013 sur l’application du principe d’égalité des rémunérations entre travailleurs – femmes et hommes – pour un même travail ou un travail de même valeur (12/09/2013). En tant que sénateur, il s’est abstenu lors du vote de la loi du du 23 mars 2006 relative à l’égalité salariale entre les femmes et les hommes renforce les moyens et engagement concernant la suppression des écarts de rémunération entre les femmes et les hommes et la conciliation entre l’activité professionnelle et la vie familiale. Il était absent lors du vote sur l’Égalité entre les femmes et les hommes dans l’Union européenne (13/03/2011). Cette résolution l’instauration de quotas d’ici 2012 afin d’accroître la représentation des femmes dans les organes d’administration des entreprises pour que cette représentation atteigne 30 % d’ici 2015 et 40 % d’ici 2020. Il a voté pour la proposition de résolution du Parlement Européen sur les aspects relatifs à l’égalité entre les femmes et les hommes dans le contexte de la récession économique et de la crise financière (12/05/2010).

#Programme

« Imposer l’égalité de conditions entre les femmes et les hommes dans les institutions politiques, administratives, économiques, syndicales et associatives »

« Réprimer les inégalités femmes-hommes dans les entreprises »

« Étendre à toutes les entreprises l’obligation d’adopter un plan ou un accord d’entreprise contre les inégalités de salaires et de carrière entre hommes et femmes, aujourd’hui limitée aux entreprises de plus de 50 salariés »

« Augmenter les sanctions financières et pénales contre les entreprises qui ne respectent pas cette égalité, pouvant aller jusqu’à l’interdiction d’accès aux marchés publics »

« Revaloriser les métiers occupés majoritairement par des femmes (qualifications, grilles salariales…) et agir pour l’égal accès à toutes les formations et à tous les métiers »

« Assurer le financement durable des régimes de retraites solidaires, intergénérationnelles et par répartition, par la mise en contribution des revenus financiers des entreprises, par l’augmentation du nombre de cotisants et de l’assiette des cotisations (créations d’emplois, hausse des salaires, recul de la précarité, hausse de l’activité des femmes, etc.) et de leur taux, la fin des exonérations fiscales pour les régimes de retraite par capitalisation »

« Lutter contre le temps partiel contraint qui touche 80 % des femmes »

« Harmoniser les temps sociaux (par jour/semaine/année/vie) : installer des bureaux du temps ayant pour mission l’évaluation de la synchronie des temps sociaux constatés (concordance entre les horaires de travail et de garde d’enfant, par exemple), l’aide à la formulation des demandes pour l’organisation de la réduction des temps de transport emploi-domicile et de bourse d’échange d’emplois ».

 

Philippe Poutou (Nouveau Parti Anticapitaliste)

#Programme. Il propose l’égalité des salaires, « la fin de la précarité́, la réduction du temps de travail pour touTEs ».

FAMILLES
Nathalie Arthaud (Lutte Ouvrière)

#Mandat Elle a veillé à ce que « le prix des cantines scolaires et des centres  aérés soient abordables pour les plus pauvres », elle a défendu « l’accès aux crèches et haltes-garderies pour tous les enfants, y compris quand les parents sont au chômage ».

 

 

Nicolas Dupont Aignan (Debout La France)

#Mandat Député, il a voté contre la loi n° 2013-404 du 17 mai 2013 ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe. Le 14 juin 2011, il n’avait pas voté lors du vote concernant une proposition de loi visant à ouvrir le mariage aux couples de même sexe.

#Programme Il n’y a pas de proposition liée au congé parental. Pour les propositions liées à la maternité, il propose d’augmenter de 20% les places en crèche et généraliser les cartes familles nombreuses, de revenir sur les diminutions des prestations familiales décidées par les gouvernements Fillon et Valls (quotient familial notamment). Il est contre la GPA.

François Fillon (Les Républicains)

#Mandat Député, il a voté contre la loi n° 2013-404 du 17 mai 2013 ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe.

#Programme

« L’accès prioritaire aux logements sociaux pour les femmes isolées. »

« La déduction fiscale ou la réduction des charges des gardes d’enfants qui grèvent le budget des femmes seules ayant des enfants à charge. »

« Le maintien de l’enveloppe des aides fiscales et sociales destinée aux particuliers-employeurs pour les emplois familiaux. »

« L’accès prioritaire aux crèches pour les familles mono-parentales. »

« La flexibilisation des horaires des structures de garde. L’assouplissement de la réglementation pour l’ouverture de crèches et haltes-garderies : une simplification des exigences de formation du personnel et des contraintes réglementaires actuelles doit être engagée. »

« La mise en œuvre de dispositifs incitatifs pour encourager les entreprises de plus de 50 salariés à créer leur propre crèche d’entreprise. »

« Le développement d’une politique volontariste et incitative d’accompagnement pour toutes les entreprises privées qui développent des crèches. »

« La création d’une grande plate-forme d’échange intergénérationnel sous la supervision de l’Etat pour venir en aide aux « mères isolées » dans leur quotidien. Cette initiative basée sur le renforcement du lien intergénérationnel permettrait à des seniors de décharger ces dernières de certaines activités sur leur temps de travail (garde d’enfants, aide aux devoirs…). »

« Le renforcement des dispositifs d’aide aux associations qui apportent un soutien matériel aux femmes (notamment aux femmes seules) par des aides ménagères, du tutorat, des cours de soutien… Le développement des dispositifs incitatifs pour encourager les entreprises à développer le télétravail plus accessible pour les femmes seules. »

Benoit Hamon (Parti Socialiste)

#Programme Il prévoit d’aligner le congé paternité sur le congé post-natal dont bénéficient les mères, d’étendre la procréation médicalement assistée aux femmes seules et aux couples homosexuels. Il promet également de créer un service public de la petite enfance : « je souhaite que les jeunes parents, et notamment les mères isolées, puissent bénéficier d’un service public de garde d’enfants en cas d’horaires décalés. Ce nouveau service public de la petite enfance permettra de mener de front, et de façon sereine, sa vie parentale et sa vie active ».

Il n’a rien fait dans ses #mandats sur cette thématique.

Marine Le Pen (Front National)

#Mandat Elle a voté contre la résolution sur l’Amélioration de la sécurité et de la santé des travailleuses enceintes, accouchées ou allaitantes au travail qui prévoit un droit à un congé de maternité d’au moins vingt semaines, réparties avant et/ou après l’accouchement, et de rendre obligatoire un congé de maternité d’au moins six semaines après l’accouchement (20/10/2010).

Il n’y a rien dans son #programme sur cette thématique.

 

Emmanuel Macron (En Marche)

#Programme Il propose :

« Nous mènerons une politique familiale et fiscale plus incitative pour les femmes qui souhaitent travailler. Car aujourd’hui, certains couples mariés paient davantage d’impôts que si les deux membres du couple vivaient seuls. Cela pèse particulièrement sur des classes moyennes, où l’un des conjoints travaille à temps plein et où l’autre, à temps partiel, est lourdement imposé quand il souhaite travailler davantage. »

« Nous maintiendrons un rythme élevé de création de places en crèche. »

« Pour que les couples soient à égalité face aux modes de garde des enfants et empêcher les passe-droits, nous obligerons les communes à publier en ligne leurs critères d’attribution des places de crèche, puis à mettre en place systématiquement un système de cotation des demandes. »

« Pour que les femmes soient à égalité face au congé maternité, nous créerons un congé de maternité unique garanti pour toutes les femmes quel que soit leur statut (salariée, entrepreneuse, intermittente, non-salariée, statut multiple, etc.) aligné sur le régime le plus avantageux. Par exemple, nous alignerons la durée du congé maternité des indépendantes sur celle des salariées, soit de 44 jours (jusqu’à 74 jours) vers 56 jours (jusqu’à 112 jours). »

Il n’a rien fait dans ses #mandats sur cette thématique.

Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise)

#Mandat Il était absent lors du vote de l’amendement de le texte pour l’Amélioration de la sécurité et de la santé des travailleuses enceintes, accouchées ou allaitantes au travail qui prévoit que un droit à un congé de maternité d’au moins vingt semaines, réparties avant et/ou après l’accouchement, et de rendre obligatoire un congé de maternité d’au moins six semaines après l’accouchement (20/10/2010).

#Programme

« Créer un service public de la petite enfance et ouvrir 500 000 places en crèche et modes de garde adaptés dans les cinq ans »

« Assurer l’égalité de toutes les familles, de tous les enfants et des couples mariés et pacsés (en matière de succession, funérailles, pensions de réversion, etc.), ouvrir l’adoption plénière conjointe à tous les couples, mariés ou non »

« Favoriser des congés parentaux de durée identique entre les parents »

PARITÉ

Nicolas Dupont-Aignant (Debout la France)

#mandat Député, il s’est abstenu lors du vote portant sur l’ensemble de la loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes, du 22 février 2014.

Il n’y a rien dans son #programme sur cette thématique.

 

François Fillon (Les Républicains)

#mandat #programme. Parmi les 16 conseillers politiques de son équipe, on compte deux femmes.

#mandat Député, il s’est abstenu lors du vote portant sur l’ensemble de la loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes, du 22 février 2014.

Quand il était sénateur (entre 2005 et 2007), il  a voté pour la loi n° 2007-128 du 31 janvier 2007 tendant à promouvoir l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives.

#programme F. Fillon propose de :

« Renforcer les contrôles destinés à veiller au respect des dispositifs de parité homme / femme. »

“S’engager pour que les investitures politiques ne se décident plus par cooptation mais au mérite”

“Appliquer une tolérance zéro du sexisme en politique”.

“S’engager à mettre en place des mesures législatives et une politique pénale pour exclure de leur mandat et rendre inéligible tout élu ou membre de l’exécutif dans les cas de harcèlement sexiste ou d’agressions sexuelles avérées”.

“Augmenter les amendes en cas de non respect des obligations paritaires par les organisations politiques”.

 

Benoit Hamon (Parti Socialiste)

#mandat Quand il était Ministre délégué à l’Économie sociale et solidaire et à la Consommation de 2012 à 2014, il propose la loi n° 2014-856 du 31 juillet 2014 qui mentionne à plusieurs reprises le principe de parité : “La situation de l’entreprise en matière de diversité, de lutte contre les discriminations et d’égalité réelle entre les femmes et les hommes en matière d’égalité professionnelle et de présence dans les instances dirigeantes élues est une des conditions d’amélioration des bonnes pratiques des entreprises de l’économie sociale et solidaire définies à l’article 1er de la présente loi”. Par ailleurs, la loi (article 4) définit les fonctions du Conseil supérieur de l’économie sociale et solidaire qui est chargé d’établir tous les trois ans un rapport sur l’égalité entre les femmes et les hommes dans l’économie sociale et solidaire et de formuler des propositions. De plus, en application du principe de parité, la différence entre le nombre de femmes et le nombre d’hommes parmi les représentants de chaque entreprise ou organisation est inférieure ou égale à un (article 6).

En tant que membre du Parlement Européen, Il a voté pour la Résolution du Parlement européen du 3 septembre 2008 sur l’égalité entre les femmes et les hommes, qui estime, entre autres, que la participation globale des femmes à la prise de décisions aux niveaux local, national et de l’Union est insuffisante; invite par conséquent la Commission, les États membres et les partis politiques à envisager des actions pour améliorer la situation; indique, à cet égard, que l’utilisation de quotas électoraux a des effets positifs sur la représentation des femmes.

#programme B. Hamon propose de pénaliser plus sévèrement les partis qui ne respectent pas l’obligation de parité dans les candidatures aux législatives par des amendes réellement dissuasives et de doubler le budget du ministère dédié aux droits des femmes.

 

Marine Le Pen (Front National)

#Mandat Elle a voté contre la résolution du 3 février 2016 sur la stratégie de l’Union européenne pour l’égalité entre les femmes et les hommes après 2015.

Elle était absente lors du vote sur la participation des femmes à la prise de décision politique – qualité et égalité (3/02/2012).

Elle a voté contre la Résolution du Parlement européen du 3 septembre 2008 sur l’égalité entre les femmes et les hommes, qui estime, entre autres, que la participation globale des femmes à la prise de décisions aux niveaux local, national et de l’Union est insuffisante; invite par conséquent la Commission, les États membres et les partis politiques à envisager des actions pour améliorer la situation; indique, à cet égard, que l’utilisation de quotas électoraux a des effets positifs sur la représentation des femmes

Il n’y a rien dans le #programme de Marine Le Pen sur cette thématique.

 

Emmanuel Macron (En Marche)

#Mandat Il a proposé la loi n°2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques proposée par Emmanuel Macron. Cette loi promeut la diversité et la parité au sein des offices d’avocat au Conseil d’Etat et à la Cour de cassation (article 57), au sein des notaires, huissiers de justice, des commissaires-priseurs judiciaires et des greffiers de tribunal de commerce salariés (article 59).

#Programme E. Macron dit soutenir l’engagement politique des femmes :

« Nous ne parviendrons pas à assurer la parité en politique tant que les structures politiques ne prennent pas ce sujet au sérieux. »

« Nous mettrons en œuvre la parité dans les nominations des grands postes de l’Etat (agences et directeurs d’administration). Il est grand temps d’assurer l’égalité professionnelle dans la fonction publique ! »

 

Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise)

#Mandat Au Parlement Européen, il a voté contre la résolution du 3 février 2016 sur la stratégie de l’Union européenne pour l’égalité entre les femmes et les hommes après 2015.

Il était absent lors du vote pour la participation des femmes à la prise de décision politique – qualité et égalité (3/02/2012).

En tant que sénateur, il a voté contre la loi du 26 février 2008 facilitant l’égal accès des femmes et des hommes au mandat de conseiller général.

Il a voté contre la loi constitutionnelle du 23 juillet 2008 de modernisation des institutions de la Ve République : vers la parité dans les responsabilités professionnelles et sociales. Grâce à cette loi, l’article 1er de la Constitution est complété par un alinéa ainsi rédigé : « La loi favorise l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, ainsi qu’aux responsabilités professionnelles et sociales.

Il s’est abstenu lors du vote de la loi du 31 janvier 2007 tendant à promouvoir l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives.

Il a voté pour la loi constitutionnelle du 8 juillet 1999 relative à l’égalité entre les hommes et les femmes. Celle-ci a permis : “d’introduire à l’article 3 de la Constitution le principe selon lequel la loi « favorise l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives. » L’article 4 de la Constitution précise que les partis politiques « contribuent à la mise en œuvre de ce principe dans les conditions déterminées par la loi ». Cette révision autorise ainsi des réformes législatives qui rendront effective une meilleure représentation des femmes en politique” (HCE).

#Programme. Jean-Luc Mélenchon propose la création du ministère des Droits des femmes et de l’Égalité.

SANTÉ

Nathalie Arthaud (Lutte Ouvrière)

#Mandat Elle a voté pour « les subventions au Planning Familial, en dénonçant en même temps le manque d’infirmières scolaires et la fermeture du centre d’IVG de l’Hôtel-Dieu à Lyon ». Le #programme de Nathalie Arthaud n’est pas encore en ligne.

#Programme. Nathalie Arthaud affirme « nous nous opposons aujourd’hui à ceux qui remettent en cause le droit à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) ».

 

Nicolas Dupont-Aignan (Debout La France)

#Mandat Il était absent lors du vote de la loi n° 2016-41 du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé qui supprime le délai de réflexion avant une IVG. Il était absent lors de la séance du 3 mars 2009, jour où s’est tenu le vote pour l’amendement n° 438 de la commission après l’article 15 du projet de loi portant réforme de l’hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires (enseignement portant sur la contraception et l’interruption volontaire de grossesse). Il était absent lors du vote de la loi n°2001-588 du 4 juillet 2001 relative à l’interruption volontaire de grossesse et à la contraception. Cette loi actualise celles de 1967 et 1975 en y intégrant notamment la suppression de l’autorisation parentale pour les mineures pour la contraception, l’allongement du délai de recours, l’aménagement de l’autorisation parentale pour les mineures et l’élargissement du délit d’entrave. #Programme. Nicolas Dupont-Aignan prévoit de

« Refuser la marchandisation du corps de la femme à travers la GPA »

« Favoriser les campagnes d’information sur la contraception réalisées par le Planning familial y compris auprès des jeunes au lycée. »

« Infléchir la politique de santé publique afin que l’offre de soins spécifiques aux femmes (gynécologie, maternité, accès à l’IVG, fréquence des tests de dépistage et de contrôle…) soit correctement assurée »

François Fillon (Les Républicains)

#mandat Il a voté contre la loi n°2016-41 du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé qui supprime le délai de réflexion avant une IVG Il a voté contre la loi n°2001-588 du 4 juillet 2001 relative à l’interruption volontaire de grossesse et à la contraception qui supprimait la notion de détresse pour justifier l’avortement. Cette loi actualise celles de 1967 et de 1975 en y intégrant notamment la suppression de l’autorisation parentale pour les mineures pour la contraception, l’allongement du délai de recours, l’aménagement de l’autorisation parentale pour les mineures et l’élargissement du délit d’entrave. Il a voté contre la loi n° 93-121 du 27 janvier 1993 portant sur diverses mesures d’ordre social : dépénalise l’autoavortement et crée le délit d’entrave à l’IVG. Il a voté contre la loi n°82-1172 du 31 décembre 1982 relative à la couverture des frais afférents à l’interruption volontaire de grossesse non thérapeutique et aux modalités de financement de cette mesure. Elle permet le remboursement par la Sécurité sociale de l’IVG F. Fillon ne mentionne pas cette thématique dans son #Programme.

 

Benoit Hamon (Parti Socialiste)

#mandat. Il a voté pour la loi n° 2016-41 du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé qui supprime le délai de réflexion avant une IVG. Il a voté pour la Résolution du Parlement européen du 4 septembre 2008 sur la santé maternelle dans la perspective de la réunion de haut niveau des Nations unies sur les objectifs du Millénaire (4/09/2008). Il s’est abstenu sur résolution contre les Discriminations de genre dans les systèmes de santé (8/09/2005) Il a voté contre la résolution portant sur le commerce projeté d’ovules (10/03/2005) Résolution qui souhaite que le don d’ovules, de la même manière que le don d’organes dans son ensemble, soit strictement encadré afin de protéger les donneurs ainsi que les receveurs et de lutter contre toute forme d’exploitation de la personne. #programme Benoit Hamon prévoit : “plus de centres d’accueil du planning familial: il veut rouvrir des centres d’accueil du Planning Familial dans toute la France pour donner à chaque femme le droit effectif de s’informer et de disposer de son corps. Le planning familial offre un accompagnement complet pour l’IVG (réponse aux questions, possibilité d’accompagnement pour les mineurs…) et pourtant, les inégalités territoriales sont encore très fortes, notamment dans les milieux ruraux ou pour les jeunes qui ne peuvent pas se déplacer seuls”.

 

  Jean Lassalle (MoDem)

#Mandat. Il était absent lors du vote de la loi n° 2016-41 du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé qui supprime le délai de réflexion avant une IVG.

Il était absent lors de la séance du 3 mars 2009, jour où s’est tenu le vote pour l’amendement n° 438 de la commission après l’article 15 du projet de loi portant réforme de l’hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires (enseignement portant sur la contraception et l’interruption volontaire de grossesse).

 

Marine Le Pen (Front National)

#mandat Marine Le Pen était absente lors de la votation Commerce projeté d’ovules (10/03/2005) Résolution qui souhaite que le don d’ovules, de la même manière que le don d’organes dans son ensemble, soit strictement encadré afin de protéger les donneurs ainsi que les receveurs et de lutter contre toute forme d’exploitation de la personne. Elle a voté pour d’une résolution contre la discrimination de genre dans les systèmes de santé (8/09/2005) ; elle était absente lors du vote pour la Résolution du Parlement européen du 4 septembre 2008 sur la mortalité maternelle dans la perspective de la réunion de haut niveau des Nations unies sur les objectifs du Millénaire (4/09/2008. Elle a voté pour l’Amélioration de la sécurité et de la santé des travailleuses enceintes, accouchées ou allaitantes au travail (20/10/2010). Elle a voté pour la motion de résolution sur la santé et les droits sexuels et génétiques (3/12/2013).

Il n’y a rien dans son #programme sur cette thématique.

 

Emmanuel Macron (En Marche)

#Programme « Défendre le droit à l’interruption volontaire de grossesse (IVG). »

« Nous sommes favorables à l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) pour les femmes seules et les couples de femmes »

Il n’a rien fait dans ses #mandats précédents sur cette thématique.

Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise)

#Mandat Il était absent pour le vote de la motion de résolution sur la santé et les droits sexuels et génésiques (3/12/2013).

Dans son #programme :

« Généraliser le Planning familial dans ses missions de formation et d’éducation pour la contraception et le droit à l’avortement »

« Constitutionnaliser le droit fondamental de disposer de soi en toutes circonstances : liberté de conscience, droit à la contraception et à l’interruption volontaire de grossesse. »

« Reconnaître le droit à la procréation médicalement assistée (PMA) pour toutes les femmes, refuser la gestation pour autrui (GPA), faire prévaloir l’intérêt supérieur de l’enfant en toutes circonstances »

 

Philippe Poutou (Nouveau Parti Anticapitaliste)

#Programme. Il propose : avortement et contraception libres, gratuits et accessibles et « des centres IVG et des maternités partout sur le territoire pour répondre aux besoins, l’allongement du délai légal de l’IVG à 24 semaines ». L’annulation des reformes néolibérales « (Hirsch, Touraine, etc.) dans le domaine de la santé publique ».

VIOLENCES

Nicolas Dupont-Aignan (Debout La France)

#programme Le candidat propose les mesures suivantes : « créer des structures d’accueil pour les femmes violentées et leurs enfants » ; « créer un centre d’hébergement d’urgence (par intercommunalité) pour répondre à la détresse des femmes victimes de violences » ; « mettre à disposition un nombre suffisant de téléphones  touche grand danger » ; « création d’une amende spécifique dissuasive en plus des peines de prison » pour le harcèlement de rue ; « mettre en place des peines planchers d’une implacable sévérité envers les auteurs de violences conjugales ou pas faites aux femmes ».

Il n’y a rien dans ses #mandats précédents sur cette thématique.

 

François Fillon (Les Républicains)

#mandat. En tant que Ministre des affaires sociales, du travail et de la solidarité (entre 2002 et 2004), il  a proposé le texte n° 375, le 14 octobre 2002. Ce texte, qui deviendra la loi du 3 janvier 2003, modifie deux articles relatifs au harcèlement sexuel et moral : Art. 4 : déplacement de la charge de la preuve et art. 5 : la médiation supprimée dans le cadre du harcèlement sexuel.

#programme Le candidat propose les mesures suivantes : « développer l’hébergement d’urgence à destination des femmes victimes de violences en veillant à ce qu’elles puissent réintégrer leur logement dans les délais les plus brefs » ; « encourager les femmes à porter plainte et mettre en place un cadre sécurisant » ; « renforcer les dispositifs de signalement du harcèlement sexuel dans les entreprises » ; « augmenter les délais de prescription de plainte pour les femmes victimes d’agression sexuelle qui mettent souvent du temps à porter plainte » ; « sanctionner d’une amende aggravée toutes les incivilités commises à l’égard des femmes dans l’espace public et les transports en commun (insultes, remarques déplacées, sifflements, harcèlement de rue…) ».

 

 Nathalie Arthaud (Lutte Ouvrière)

#Programme. « Je suis donc pour mettre en place de véritables moyens financiers et humains à la protection et à la prise en charge des victimes de violences, en particulier sexuelles et conjugales, notamment dans l’accès à un logement sécurisé ».

 

 

Benoit Hamon (Part Socialiste)

#mandat

Il a voté pour la résolution pour combattre les violences – Programme Daphné (05/09/2006). “Les traditions et les pratiques culturelles liées à l’exercice d’une violence physique à l’égard des femmes, comme les mutilations génitales et les crimes d’honneur, constituent une forme particulière de violence envers les femmes qui a des conséquences néfastes à court et à long terme sur leur santé, et frappe plus spécialement les membres de communautés minoritaires.”

Il n’a pas voté lors du vote sur la Résolution du Parlement européen du 24 mars 2009 sur la lutte contre les mutilations sexuelles féminines pratiquées dans l’UE (24/03/2009).

Il a voté pour la Résolution du Parlement européen sur la situation actuelle de la lutte contre la violence à l’égard des femmes et une action future éventuelle (2/02/2006).

#programme. Benoit Hamon propose : « une augmentation du délai de prescription du viol: il veut faire passer le délai de prescription du viol à 20 ans (aujourd’hui 10 ans pour les viols commis sur majeurs, 20 ans pour les viols commis sur mineurs) pour que ceux qui se rendent coupables d’un crime aussi grave soient punis, même des années après. Les victimes de viol sont souvent isolées, parfois contraintes au silence et prennent conscience de ce qu’elles ont subi bien des années plus tard. Ce délai de prescription s’établit déjà à quinze ans au Danemark, en Espagne, en Pologne, et à vingt ans en Allemagne et aux Pays-Bas ».

 

Marine Le Pen (Front National)

#Mandat

Elle n’a pas voté lors du vote de la Résolution du Parlement européen du 26 février 2014 sur l’exploitation sexuelle et la prostitution et leurs conséquences sur l’égalité entre les hommes et les femmes (26/02/2014).

Elle était absente lors du vote de la résolution sur la lutte contre la violence à l’égard des femmes (25/02/2014).

Elle s’est abstenue lors du vote sur le généricide: les femmes manquantes? (28/06/2013)

Elle était absente lors du vote sur la résolution portant sur l’élimination des mutilations génitales féminines (14/06/2012).

Elle a voté pour la résolution pour combattre la violence (Daphné) (2007/2013) (5/09/2006). Elle était absente lors du vote pour le  programme Daphné contre la violence sur les femmes (2/02/2012).

Elle a voté contre la résolution sur les priorités et la définition d’un nouveau cadre politique de l’Union en matière de lutte contre la violence à l’encontre des femmes (18/03/2011).

Elle s’est abstenue lors du vote pour Résolution du Parlement européen sur la situation actuelle de la lutte contre la violence à l’égard des femmes et une action future éventuelle (2/02/2006).

Il n’y a rien dans son programme sur cette thématique.

 

Emmanuel Macron (En Marche)

#Programme :

« Lutter sans relâche contre le harcèlement et les agressions qui touchent les femmes. »

« Nous agirons pour faire changer les mentalités, par une grande campagne de sensibilisation mais aussi par un durcissement de notre arsenal judiciaire. »

«Nous lancerons dès la première année du quinquennat une campagne nationale de communication et de sensibilisation sur le sujet du harcèlement et des violences faites aux femmes. Nous augmenterons le montant des amendes pour incivilité pour qu’enfin le harcèlement ne soit plus toléré dans l’espace public. Elles seront exigées immédiatement. »

«Nous protègerons et accompagnerons mieux les femmes victimes de violence ou de harcèlement. »

« Nous accélérerons la généralisation du téléphone d’alerte pour secourir plus rapidement les victimes de violence. Ce dispositif, expérimenté dans plusieurs départements, a déjà sauvé des vies. Accordé par le procureur de la République après évaluation du danger encouru par la femme victime de violences, le téléphone d’alerte permet de garantir à la victime une intervention rapide des forces de sécurité, en cas de grave danger et donc avant la commission de nouveaux faits de violences. »

 

Jean-Luc Mélenchon (Gauche Radicale)

#mandat Au Parlement Européen, il a voté pour la résolution sur la lutte contre la violence à l’égard des femmes (25/02/2014).

Il a voté pour la Résolution du 8 octobre 2013 sur le généricide : les femmes manquantes? (8/10/2013).

Il était absent lors du vote de la résolution sur l’élimination des mutilations génitales féminines (14/06/2012). Il a voté pour le programme Daphné contre les violences faites aux femmes (2/02/2012).

Il s’est abstenu lors du vote pour la résolution sur les priorités et la définition d’un nouveau cadre politique de l’Union en matière de lutte contre la violence à l’encontre des femmes (18/03/2011).

#programme Le candidat propose de « renforcer la loi et les moyens contre les violences faites aux femmes ».

 

Philippe Poutou (Nouveau Parti Anticapitaliste)

#Programme. Il propose : des moyens pour accueillir les femmes victimes de violences « (logement, formation des personnels qui y sont confrontés…), la régularisation de touTEs les sans-papiers, l’asile pour les femmes victimes de violences, l’accès immédiat aux soins pour toutEs ».

Consulter nos analyses des candidats

  Le présent n’est pas un passé en puissance, il est le moment du choix et de l’action.  
Simone de Beauvoir

S’INSPIRER

Les meilleures idées du monde pour améliorer la puissance des femmes.

  Les gens abandonnent leur pouvoir quand ils pensent qu’ils n’en ont pas.  
Alice Walker