Benoît Hamon

Jacques Cheminade

Solidarité et progrès

Jacques Cheminade est le candidat pour le part Solidarité et progrès. En 1981 il devient secrétaire général du Parti ouvrier européen (POE) en France. En suite, en 1995, il est déclaré candidat à l’élection présidentielle de 1995. En 1996, il fonde le parti Solidarité et progrès. Finalement, en 2010, il annonce sa candidature pour l’élection présidentielle de 2012.

Qu’a-t-il fait pour les droits des femmes ?

Jacques Cheminade n’a rien fait pour les droits des femmes dans ses postes précédents.

Que propose-t-il pour les droits des femmes ?

#Discriminations

Jacques Cheminade propose de « faire accéder à la formation ceux qui en ont le plus besoin (jeunes insuffisamment qualifiés, salariés en réinsertion, chômeurs de longue durée, femmes cherchant un emploi après une maternité, salariés de PME et de TPE, etc.) ». 

Jacques Cheminade dit « Dans ma conception, médecins du travail et inspecteurs du travail doivent pouvoir travailler ensemble et s’épauler pour détecter les situations alarmantes et intervenir assez tôt. Leur vocation est en priorité de protéger les catégories les plus maltraités : […] les femmes, davantage concernées par la souffrance psychique au travail. Les situations de harcèlement systématique doivent être détectées et arrêtées ». 

« Le décret du 29 décembre 2015 a amélioré la situation des contractuels dans la fonction publique et fait disparaître les non titulaires, qui dépassaient le million (dont plus des deux tiers étaient des femmes). J’y vois certes une amélioration mais en précarisant la sécurité. Je compléterai ce texte en l’orientant vers la titularisation, avec plus de formations effectives pour chacun afin de pouvoir passer les concours de la fonction publique à niveau égal. Pour moi, les droits doivent être les mêmes pour tous et toutes dans le service public ». 

« Dès la maternelle, réduire progressivement les inégalités de vocabulaire ». 

#EgalitéProfesionnelle

Jacques Cheminade propose de « rétablir l’indexation des revenus (salaires, retraites, etc.) sur le coût réel de la vie, mesuré comme jadis sous la forme du « panier de la ménagère », mesure de nature à provoquer une revalorisation immédiate et conséquente du pouvoir d’achat et dans ce cadre, l’égalité salariale homme/femme. Hausse du SMIC à 1700 euros brut en deux ans ».