Elle voulait dire « merci pour l’orgasme »

A la place, elle a dit « je t’aime ».

Ou pourquoi le sexe et l’amour n’ont rien à voir. Les attentes impossibles que nous avons pour l’amour peuvent se comprendre par une de ses caractéristiques premières : cela n’a rien à voir avec le sexe. Et c’est Susan Sontag qui le dit. Cette auteure et essayiste américaine est une référence qui a écrit sur les droits humains, le communisme… et les femmes. Dans un entretien au magazine Rolling Stone, en 1978 (et publié en 2003, un an avant sa mort), elle décrit précisément l’absence de lien entre l’amour et le sexe :

« Nous exigeons tout de l’amour. Nous lui demandons d’être anarchique. Nous lui demandons d’être le ciment qui maintient une famille soudée et l’ordre dans une société, d’être ce qui permet à toutes sortes de processus matériels de se transmettre d’une génération à l’autre. Mais je pense que le lien entre l’amour et le sexe est très mystérieux. Une branche de l’idéologie moderne de l’amour suppose que l’amour et le sexe vont toujours ensemble. Ils peuvent, je suppose, mais je pense plutôt au détriment de l’un ou de l’autre. Et a mon avis, le plus grand problème pour les êtres humains, c’est que ce n’est pas le cas, l’amour et le sexe ne vont pas toujours ensemble.

Et pourquoi les gens veulent-ils être amoureux ? C’est vraiment intéressant. Une première réponse pourrait être qu’ils veulent être amoureux pour la même raison que vous voulez remonter dans les montagnes russes – même en sachant que vous allez avoir le cœur brisé. Ce qui me fascine dans les sentiments amoureux est combien ils sont liés aux attentes culturelles et aux valeurs qu’on y attache. J’ai toujours été étonnée par les gens qui disent: « Je suis tombé amoureux, j’étais fou, passionnément amoureux, et je l’ai trompé. » Puis, les gens décrivent précisément ce qu’ils ont vécu et vous demandez, « Combien de temps cela a-t-il-duré ? ». Et la personne répondra : « Une semaine, je ne pouvais pas le ou la supporter au final ».

La conception de l’amour aurait-elle évolué ?

Ou serait-ce celle du sexe ? Dans un article publié dans The Independent, Virginia Ironside, nous apprend que les années 60 et l’arrivée de la pilule contraceptive a obligé les mouvements féministes à inventer le slogan « Non, c’est non » tant les femmes se retrouvaient dans une position vulnérable (la sociologue Eva Illouz a également écrit à ce sujet dans Pourquoi l’amour fait mal).

L’auteure nous raconte qu’elle se sentait obligée de coucher avec un homme qui lui avait offert un dîner. Jusqu’alors, le sexe était intrinsèquement lié à l’amour, au mariage puisque le contraire impliquait le risque tomber enceinte. C’est donc la pilule contraceptive qui a permis la séparation entre le sexe et l’amour.

Pourquoi pense-t-on alors – encore aujourd’hui – que le sexe et l’amour sont liés ? Comme dit l’auteure, vous pouvez avoir des rapports sexuels avec vous-même, vous pouvez avoir des rapports sexuels avec des gens que vous ne supportez pas mais qui vous attirent. Vous pouvez avoir des rapports sexuels avec des personnes que vous détestez tout court … la liste est longue.

Soulignons…

…Que cette absence de lien est significative des sociétés occidentales. C’est, entre autres, pourquoi, lorsque Gabriel est tombé amoureux en Inde, il n’avait pas les codes pour mesurer l’ampleur de ses actes. Découvrez la terrible histoire d’amour et de voyage dans le podcast de Slate, Transfert (un bijou).

LA GLORIEUSE DE LA SEMAINE

Des infos qui nous font déculpabiliser.

Des femmes qui nous inspirent.

TOUS LES MERCREDIS DANS VOTRE BOÎTE MAIL

Share This