Contentez-vous du meilleur

Pour cette nouvelle année, nous vous souhaitons de décrocher la Lune.
Visez haut, visez loin et surtout, ne vous contentez pas de moins. “L’Homme qui ne se contente pas de peu ne sera jamais content de rien”. Epicure est tellement 2016. Cette année, ne vous contentez de rien et osez tout.

SOYONS NAÏVES !

« Je me souviens de l’ironie avec laquelle on répétait dans ma famille qu’enfant, je ‘voulais tout’. Pauvre naïve : naïve d’en avoir envie, naïve de croire que c’était possible et naïve de le dire. Naïve, je le suis restée et le revendique : have it all, vivre pleinement sa vie, ne pas renoncer avant d’avoir essayé, je voudrais que cela soit possible pour toutes les femmes. J’ai beaucoup reçu, beaucoup combattu et beaucoup obtenu. »

La « naïveté » revendiquée de Nathalie Loiseau, directrice de l’ENA et auteure de Choisissez-Tout (dont est extrait ce passage), est la clé dans sa réussite. Elle lui a permis de ne pas se conformer aux attentes qui étaient alors réservées aux femmes. Des attentes professionnelles ? Pas vraiment. Des attentes sur la sphère privée et intimes ? Oui : comment se comporter, comment se vêtir ou encore comment élever ses enfants. Victor Hugo avait, à ses dépends, très bien mis en lumière cette inégalité « L’homme est forcé de faire ; la femme peut se contenter d’être » (Océan prose). Sans sa naïveté, Nathalie Loiseau aurait pu se contenter d’être. Celle-ci ne fait évidemment pas référence à une quelque idiotie mais à l’ignorance – heureuse –  de conformismes qui nous empêchent de nous élever. Cette naïveté permet non seulement l’absence d’appréhension, mais également l’émerveillement et la créativité.

PERTURBONS L’UNIVERS !
Madeleine L’Engle (1918-2007), auteure pour jeunes adultes, nous incite à atteindre un luxe inconfortable :

« Nous devons oser perturber l’univers en n’étant pas manipulés ou effrayés par des jugements qui assument le droit d’insister sur le fait que si nous ne sommes pas d’accord avec eux, non seulement nous ne comprenons pas mais nous avons tort. Comme le monde serait terne si nous avions tous la même opinion propos de tout, si nous devions tous aimer les mêmes livres, ne pas aimer les mêmes livres …  »

L’auteure donne quelques conseils pour perturber l’univers :

– poser des questions plutôt que chercher à donner des réponses

– oser ce luxe inconfortable de changer d’opinion,  l’inverse n’étant que la manifestation que nous ne sommes pas sûr·e·s de ce que nous affirmons

– savoir ce que nous cherchons. Si nous cherchons quelque chose en particulier, nous dit l’auteure, nous avons des chances de le trouver.

La newsletter qui vous inspire

Share This

La newsletter qui vous inspire

Vous êtes inscrit•e. Bienvenue chez les Glorieuses et à mercredi prochain !