Honneur à la première dame. Eleanor Roosevelt (1884-1962). Politique, diplomate et activiste. C’est grâce à elle que les Etats-Unis ont rejoint les Nations Unies. Elle a également supervisé la première version de la Déclaration universelle des droits de l’Homme. Aux Etats-Unis, le rôle de première dame n’a pas d’encadrement juridique ou administratif (comme en France d’ailleurs). C’est Eleanor Roosevelt qui en a fait ce que l’on connaît aujourd’hui : une figure engagée, avec un agenda qui lui est propre. Selon elle, l’activisme est le choix de contribuer à la construction de notre Histoire. Celle-ci n’est pas déterminée par quelques uns, mais pas tou•te•s : « Nous faisons notre propre Histoire. Le cours de l’Histoire dépend des choix que nous faisons et nos choix se développent à partir des idées, des croyances, des valeurs, des rêves des gens. Ce ne sont pas tant les leaders puissants qui déterminent notre destinée que l’influence beaucoup plus puissante de la voix combinée des personnes elles-mêmes. » (Tomorrow Is Now par Eleanor Roosevelt, non traduit, sur le site brainpickings.com).

Comment pouvons-nous faire partie de cette Histoire ? Roosevelt nous suggère de sortir de la peur : « nous avons besoin d’imagination, d’intégrité, de courage et de cœur. Nous devons raviver l’étincelle de la conviction. […] Mais d’abord, nous devons apprendre à sortir la peur. Les gens qui « regardent avec alarme » ne construisent jamais rien. »

Nous ajoutons que nous avons tou•te•s une responsabilité vis-à-vis de cette société. En ce sens, Roosevelt ajoute : « Une démocratie est composée d’un homme, d’un autre, et d’un autre et d’un autre, et ce, à l’infini. […]

Le gouvernement, c’est les gens. Le triomphe ultime du système démocratique dépend de l’usage individuel des principes démocratiques. Nous ne sommes pas une masse sans visage. En tant qu’individus, nous pouvons influencer notre gouvernement à tous les niveaux. Mais nous devons accepter cette responsabilité. Nous devons savoir ce que nous pensons et parler, même au risque de l’impopularité. En dernière analyse, un gouvernement démocratique représente la somme du courage et de l’intégrité de ses individus. Il ne peut pas être mieux que ce qu’ils sont. »

Cela ne sera pas tous les jours facile : « De toute évidence, il faut une grande détermination pour continuer à travailler, après des années de déception et de frustration, pour une réforme qui vous paraît importante. Au fil du temps, vous sentez que rien n’a été accompli. Mais, si vous renoncez, vous abandonnez vos propres principes. Il est profondément important que vous développiez la qualité de l’endurance; Sans ça, vous êtes battu•e; Avec cela, vous pouvez accéder à la victoire après d’innombrables défaites, après des années de ce qui semblait être un effort sans espoir. » Ne lâchez rien, ça vaut le coup.

En somme, Roosevelt souligne avec justesse que « l’individu est l’élan de l’action publique. Nous sommes le gouvernement. Le pouvoir de base est encore entre les mains des citoyens. Mais nous devons l’utiliser. Cela signifie que dans chaque petite unité de gouvernement, chaque citoyen doit ressentir sa responsabilité individuelle de faire le meilleur avec ce qu’il ou elle peut réaliser. »

Vous avez une idée pour améliorer le droit des femmes en France ? Cela ne tient qu’à vous d’en faire une réalité. Et si vous avez besoin de nous pour la mettre en œuvre, nous serons ravies de vous aider. (Envoyez-nous un mail).

La newsletter qui vous inspire

Share This

La newsletter qui vous inspire

Vous êtes inscrit•e. Bienvenue chez les Glorieuses et à mercredi prochain !