Les femmes ont le pouvoir

Non, on ne se laissera pas abattre !

Le nouveau Président de la première puissance économique mondiale est misogyne, homophobe et raciste. Rien que cela. Nous nous attendions à exulter devant la première femme Présidente des Etats-Unis, nous en sommes à redouter qu’un tel scénario ne se produise ici.

La bonne nouvelle ? C’est que nous avons la solution. Cela ne tient qu’à nous. Echangeons, débattons avec des personnes qui n’ont pas les mêmes avis que nous pour comprendre et créer ensemble un avenir possible. Car le Front National n’est pas une solution, ce n’est qu’un symptôme d’une société qui souffre.

Nous nous battrons chaque jour pour favoriser la transparence des informations sur les candidats à l’élection présidentielle de 2017. Car les femmes représentent 52% de la population totale. Car les femmes représentent 53% des votants. Les femmes sont majoritaires. En 2016, en France, les femmes ont le pouvoir. Et nous comptons bien l’utiliser.

#7novembre16h34

Vous avez été des dizaines de milliers à manifester votre soutien au mouvement pour l’égalité des salaires. Vous avez réinventé l’engagement : en soutenant publiquement #7novembre16h34 sur les réseaux sociaux (vous avez atteint plus de 2 millions de personnes), en discutant des inégalités professionnelles avec vos collègues, vos familles, vos amis, vos élèves, ou encore en rejoignant des rassemblements. Tous ensemble, nous avons montré que les inégalités professionnelles et salariales ne sont pas « une affaire de bonnes femmes » et que nous avons besoin de changement. Comme nous le disions, Les Glorieuses n’a pas la maternité de ce mouvement. Ou alors si. Mais dans ce cas, c’est parce que Les Glorieuses c’est vous.

On en a parlé même au delà des frontières : aux Etats-Unis dans le Washington Post, au Royaume-Uni dans le Guardian ou encore sur la BBC, en Turquie sur Aujourd’hui la Turquie, en Catalogne… Soyons fières !

En lançant #7novembre16H34, l’objectif était de participer à une prise conscience générale sur l’inégalité des salaires, créer de la conversation et susciter des propositions de la part des acteurs en fonction de leurs prérogatives. Et arrêter de blâmer les femmes pour ces inégalités. Non, ce n’est pas parce qu’elles « choisissent » un travail à temps partiel, parce qu’elle se spécialisent dans des filières moins valorisées économiquement ou encore parce qu’elles ne font pas assez de stratégies politiques qu’elles n’ont pas d’augmentation ou de promotion. La cause est plus ancienne. Lorsqu’elles sont entrées sur le marché du travail au début du XXème siècle, elles étaient payées la moitié voire le tiers pour le même emploi. Nous ne faisons que rattraper cette inégalité séculaire. Et nous n’attendrons pas 2186 pour y arriver.

LA GLORIEUSE DE LA SEMAINE

La newsletter qui vous inspire

Share This

La newsletter qui vous inspire

Vous êtes inscrit•e. Bienvenue chez les Glorieuses et à mercredi prochain !