Quand le ciel est tout gris

Besoin d’un fond sonore ? Florence + The Machine – Dog days are over

Noémie, c’est ma pote. My partner in crime, ma meuf sûre. Mais ces derniers temps, je la regarde comme une jolie fleur que l’on voit faner, impuissant. Un monstre lui a arraché sa joie de vivre, elle qui en envoyait comme des paillettes. Elle est partie sur le champ d’une guerre contre elle-même, une course contre la vie, où l’arrivée s’appelle la haine de soi. Noémie est dépressive.

Quand No’ en a parlé à ses parents, ils ont sorti une phrase qui depuis, sonne affreusement faux dans ma tête. Voyez les Glowies, on lui a dit de “se donner un coup de pied au cul”. C’est violent, comme image, non ? Parce que c’est vrai ça, quand quelqu’un se casse une jambe, est-ce qu’on lui demande de marcher normalement ? Non, on lui met un plâtre. Par contre, quand le cerveau est malade, là, il n’y a plus personne. Débrouille-toi avec la gadoue que tu as dans la tête, sors-toi de ton lit alors que tu n’en as pas la force et vas affronter la vie alors que t’es toute pétée en mille.

La société nous apprend à être fort.e.s., en toutes circonstances. Pleurer, aller mal, exprimer ses sentiments ? Tout cela n’est que synonyme de fragilité, comme si c’était le pire adjectif que l’on puisse associer à une personne. Il faudrait prendre sur soi, voir le bon côté des choses, sourire à la vie. Mais avez-vous déjà vu une personne s’arrêter de pleurer juste parce que l’on le lui demande ? Non. ça fonctionne pas comme ça, le cerveau il est fourbe. Et ton esprit, parfois, il te fait plus mal que n’importe quelle blessure. Il vient déposer un voile noir devant tes yeux, un voile qui empêche d’apercevoir toute issue, toute lumière au bout du sacro-saint tunnel.

Alors je lance une bouteille à la mer, en espérant qu’elle se transforme en phare dans la mer de tristesse que bien des matelots doivent affronter. Et si on arrêtait de stigmatiser constamment les personnes malades ? Et si on arrêtait de cracher des horreurs aux visages tristes ? Et si on comprenait enfin, ensemble, que les Noémie sont importantes, légitimes et qu’on leur prenait doucement la main ? Plutôt que de leur demander de se botter le derrière. Bah je pense que ça aiderait. La bienveillance, ça change déjà le monde. C’est révolutionnaire, de prendre soin des autres et de soi. Ça demande du courage.

Laissez-moi vous dire un truc, les Glowies. Les orties qu’on a dans la tête, avec du temps, de la bienveillance et de l’aide, on peut les transformer en graines. Et ces graines-là, elles font pousser de jolies fleurs. Si ton ciel est tout gris, bah ça va aller. Des nuages moins sombres vont arriver. Bientôt, par un mélange de pluie et de rayons de soleil délicats, va arriver un bel arc-en-ciel. Aller mal, c’est ok. Quand on a touché le fond de la piscine, avec un coup de pieds dans le fond, on peut remonter à son rythme.

Moi, je suis fière de vous. Dans la culture japonaise, il existe ce que l’on appelle des kintsugis. Ce sont des vases, créés à partir de morceaux d’anciens objets brisés, que l’on assemble avec de l’or. Ça donne un tout nouvel objet, beau et précieux. Moi, c’est comme ça que je te vois.

  #INSTANTPAILLETTES  

Les choses en quoi il est cool de croire : les aliens, la magie, les fantômes, … Et surtout SOI-MÊME.

LA newsletter des ados féministes

Share This

La newsletter qui vous inspire

Vous êtes inscrit•e. Bienvenue chez les Glorieuses et à mercredi prochain !