Aujourd’hui, c’est le 8 mars.

La journée internationale des droits des femmes. La première a été célébrée le 19 mars 1911 aux Etats-Unis à l’initiative de l’internationale socialiste des femmes pour revendiquer le droit de vote, le droit au travail et la fin des discriminations au travail (merci wiki).
Le 8 mars, pour nous, c’est toute l’année. Nous nous engageons quotidiennement pour que les femmes soient convaincues qu’elles peuvent faire ce qu’elles souhaitent, que ce soit diriger un pays, rester regarder une série dans leur canapé, se maquiller ou sortir pas épilée. Et surtout leur rappeler qu’elles sont phénoménales (merci Maya Angelou).

Naomi Wolf, essayiste sur les droits des femmes, met en lumière le caractère personnel de la notion d’engagement dans « Fire with Fire : the new female power and how it will change the 21st century » (non traduit en français) :

« Dans le monde occidental, nous avons atteint le point où cette distinction entre la vie intérieure et la vie extérieure est obsolète. Les femmes ne peuvent pas changer le monde tant qu’elles ne se sentent pas à l’aise avec l’idée d’utiliser le pouvoir, et tant qu’elles ne comprennent pas qu’elles sont déjà puissantes. L’estime de soi ne se limite pas à la confiance en soi. » En somme, Naomi Wolf nous rappelle que les femmes doivent être convaincues de leurs droits et de leur capacité à changer le monde.

S’engager, c’est être libre.

Se battre pour une cause est une forme de liberté, nous apprend Hannah Arendt : « Il n’est pas vrai que tout dans la vie soit irrévocable ; la plupart des choses sont révocables, peuvent être réparées, et ce précisément du fait qu’on n’en a pas décidé librement mais sous la force de contraintes intérieures ou de circonstances extérieures. En les invoquant, on s’excuse également d’abroger, à juste titre, les décisions. On reconnaît la liberté au caractère irrévocable d’une décision prise. » Hannah Arendt, Journal de pensée, 1950-1973, trad. S. Courtine-Denamy, Paris, Le Seuil, 2005.

L’engagement peut prendre des formes diverses et chacun•e peut se l’approprier. Aujourd’hui, par exemple, les femmes sont en grève à partir de 15h40 pour réclamer, à juste titre, l’égalité salariale en France. Elles multiplient les actions. Au même moment, d’autres femmes marcheront à partir de 19h30 à Belleville. L’agence de communication Mad & Woman propose un site Internet pour que chacun•e s’approprie cette journée et clame son engagement.

Enfin, nos sœurs américaines proposent trois possibilités pour se joindre à cet engagement : faire grève, mais également porter du rouge ou privilégier des commerces qui sont dirigés par des femmes ou par des personnes issues de minorités.

Joyeux 8 mars à toutes et à tous !

LA GLORIEUSE DE LA SEMAINE

La newsletter qui vous inspire

Share This

La newsletter qui vous inspire

Vous êtes inscrit•e. Bienvenue chez les Glorieuses et à mercredi prochain !