Prenez-le personnellement

Ne le prenez pas personnellement. Et puis finalement, si.

« Ne soyez pas vexée ».

« Ne prenez pas les choses trop à cœur ».

« N’en faites pas une affaire personnelle ».

On nous assène de conseils afin de ne pas réagir personnellement face à un jugement émis par autrui. On nous explique que cela ne reviendrait qu’à montrer que nous nous jugeons nous-mêmes de la même façon.

Bref, on nous incite à nous détacher des critiques émises … en nous culpabilisant.

S’il-vous-plait, prenez les choses personnellement.

L’écrivaine américaine Nora Ephron, dont les œuvres sont devenues iconiques (les films Le Mystère Silkwood, quand Harry Rencontre Sally ou encore le livre Heartburn), nous supplie de prendre les choses à cœur… pour faire avancer la cause des femmes.
« Ne sous-estimez pas l’antagonisme envers les femmes et le nombre de personnes qui souhaitent que nous revenions en arrière. Une des choses que les gens vous disent si vous vous fâchez est de ne pas “le” prendre personnellement (…). S’il vous plait, je vous en prie, prenez-le personnellement. Comprenez la chose suivante : toute attaque contre Hillary Clinton [alors première dame des Etats-Unis] sur le fait qu’elle ne sait pas rester à sa place est une attaque contre vous. Derrière presque chacune de ces attaques, on peut y déceler le message suivant : “Retournez d’où vous venez”. Quand Elizabeth Dole [femme politique américaine membre du parti Républicain] prétend qu’elle prend sa carrière à la légère, c’est une attaque contre vous. L’acquittement de O.J. Simpson [accusé d’avoir assassiné son ex-femme et son ami] est une attaque contre vous. Tout mouvement visant à limiter le droit à l’avortement est une attaque contre vous, que y soyez favorable ou non” (Discours de Nora Ephron aux étudiantes de l’Université Wellesley, 1996).

Prendre les choses personnellement, c’est comprendre les implications liées aux attaques faites aux femmes. Lorsqu’Atlantico, journal en ligne, titre “La Reine des salopes” pour un article sur les romans érotiques de la Secrétaire d’Etat Marlène Schiappa, ce sont toutes les femmes qui sont mises au rang de “salopes”. Pourquoi ? Car il devient plausible – et donc acceptable – de pouvoir être traitée de salope pour quelque chose qu’on a fait. (On cherche l’emoticon “Que paso????”).

 

Nora Ephron ajoute à son plaidoyer : “Plus que tout, soyez l’héroïne de votre vie (…)”.

Et ne vous restreignez jamais.

A son audience d’étudiantes en passe de découvrir le monde post-université, Nora Ephron est débordante d’inspiration : “Qu’allez-vous faire ? Tout, je suppose. Ce sera un peu désordonné, mais embrassez le désordre. Ce sera compliqué, mais réjouissiez-vous des complications. Ce sera différent de ce que vous pensiez, mais les surprises sont bonnes. E ne soyez pas effrayées : vous pourrez toujours changer d’avis. J’ai eu quatre carrières et trois maris. Et s’il y a une chose que je peux vous affirmer (…), c’est que vous ne resterez jamais vous – de manière fixe et immuable – pour toujours”.

Alors testez, trompez-vous, tentez. Et prenez TOUT personnellement. Pour qu’une attaque sur une de nos soeurs devienne une affaire d’Etat. Le monde doit comprendre que lorsqu’une femme est l’objet d’une attaque, ce sont toutes les femmes qui sont agressées. Et ce n’est jamais commode d’avoir 52% de la population sur son dos, n’est-ce pas ?

La newsletter qui vous inspire

Share This

La newsletter qui vous inspire

Vous êtes inscrit•e. Bienvenue chez les Glorieuses et à mercredi prochain !