On va vous réconcilier avec votre mère

Etre mère dans une société patriarcale n’est pas facile tous les jours. Si l’idéal matriarcal a déjà existé, nous avons du mal à revendiquer cet héritage. Johann Jakob Bachofen, théoricien du matriarcat a mis en lumière deux moments où la société occidentale était fondamentalement matriarcale. Le premier précède la civilisation grecque, il s’agit de la société des Amazones. Alors, la Déesse domine le Panthéon car elle est symbole de vie et prospérité. Ce n’est que plus tard, que les hommes s’emparent du pouvoir et fondent le patriarcat. Le matriarcat fut également la norme durant l’époque primitive. La société était en quelque sorte matrilinéaire. Alors, le pouvoir était transmis de mère en fille. Soulignons que l’existence de ces deux sociétés ne fait pas l’unanimité. L’anthropologue Françoise Héritier indique ainsi que le matriarcat est un mythe pur et simple. Les hommes auraient pris le pouvoir dès le début de leur existence.

clementine-mere-fillePeu importe la véracité de son existence, la société matrilinéaire met la relation mère-fille sur un piédestal. Elles sont gardiennes du pouvoir familial et une place prépondérante leur est conféré dans la société. Aujourd’hui, on n’entend davantage parler de rivalité entre les mères et les filles. Comme s’il existait un combat entre les deux pour capter l’attention du père (merci le complexe d’Oedipe) … Si Marie-Claire a dévoilé en 2014 que 64% des personnes interrogées (femmes et hommes donc) estimaient qu’une mère peut être envieuse de son enfant, cette rivalité est-elle aussi inéluctable qu’on le sous-entend ? Non, la rivalité n’est pas une fatalité. La soi-disant rivalité mère-fille est une légende à bannir au sein des familles féministes. Celle-ci est véhiculée par la course au jeunisme qui met plusieurs générations sur le même plan. Néanmoins, les relations entre mères et filles peuvent être complexe. Où en trouve-t-on les origines ? Comment peut-on favoriser la transmission de valeurs féministes à nos enfants ?

 

Telle mère, telle fille ?

Dans un épisode de « La Fabrique de l’Histoire » les relations mères-filles sont analysées au prisme de l’Histoire. On y apprend que les femmes n’ont jamais eu un rôle identique envers leurs fils et leurs filles. Le genre féminin a toujours été dévalorisé. Au XIXème siècle par exemple, il était courant pour les filles de se faire battre par leurs mères chez elles alors qu’il n’en était pas question pour les garçons. Le rôle de la mère était de leur apprendre à s’occuper d’un foyer et d’éduquer les enfants. Pour cela, il était courant que les mères donnaient des journaux intimes à leurs filles dans lesquels ces dernières devaient noter tout ce qu’elles faisaient ou pensaient. C’était évidemment un instrument de contrôle des mères qui s’assuraient de la bonne évolution de leur fille. Un autre moyen ? La poupée bien sûr ! Un véritable outil pédagogique pour les mères. Ecouter le podcast.

Pour Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, historienne, les filles n’avaient pas une éducation au sens propre. On leur apprenait davantage un rôle, celui d’avoir un foyer, des enfants et de s’en occuper. Les garçons, eux, recevaient une éducation tournée vers une future carrière. Ecouter le podcast.

 

Les joies de la maternité à la Renaissance

Etre mère recevait son lot d’histoires fantasmagoriques. L’histoire n’a pas toujours été clémente avec les femmes (l’a-t-elle déjà été ?). Et cet article l’atteste : la maternité a fait l’objet de croyances historiques. Quelques exemples : la maternité était considérée comme un bon remède pour l’hystérie, la classe sociale et les talents artistiques étaient transmis par le lait maternel, une femme qui se cognait sur un manche à balai deviendrait enceinte avant le mariage…  Lire l’article (en anglais).

 

Vous ne vous entendez pas avec votre mère ? C’est probablement la faute au sexisme

A toutes celles qui ont un jour crié, dans un moment où les hormones de la puberté nous jouaient des tours, « mais tu ne me comprends pas mamaaaaaan », on peut vous rassurer. Vous aviez sûrement raison, votre mère ne vous comprenait probablement pas. Mais c’est parce qu’elle-même était incomprise : de ses parents mais aussi de son conjoint, de ses collègues… Les mères n’ont jamais eu qu’une journée. Elles combinent leurs vies sociales, leurs vies amoureuses et leurs vies maternelles… sans arriver à la tant recherchée perfection. Nos problèmes relationnels proviennent en partie d’une longue histoire de sexisme. Nous n’avons plus qu’à accepter nos mères dans leurs complexités. En lire plus (en anglais).

 

Mais comment transmettre des valeurs féministes ?

Cet article décrit avec brio 17 mythes que les parents doivent arrêter de transmettre à leurs filles. En vrac : la virginité existe, l’hymen est le signe de cette viriginité,les premières fois ça fait mal, il faut absolument s’épiler, les femmes ne pensent pas vraiment au sexe, c’est aux garçons d’acheter les préservatifs… Lire l’article

La Glorieuse de la semaine

La newsletter qui vous inspire

Share This

La newsletter qui vous inspire

Vous êtes inscrit•e. Bienvenue chez les Glorieuses et à mercredi prochain !