Je vois l’aurore de la liberté et de l’égalité qui se lève

« Nous sommes à une époque d’anxiété, tout le monde cherche sa route, nous dirons quand même : Advienne que pourra ! Que la liberté se fasse ! Que l’égalité se fasse, et nous serons heureux ! » (Mémoires de Louise Michel). C’est sur ces quelques mots que Louise Michel achève sa plaidoirie le 22 juin 1883. L’activiste anarchiste était accusée d’avoir participé, lors de manifestations, au « pillage » de boulangeries. Au regard des témoignages qui eurent lieu durant ce procès, on comprend qu’elle a distribué quelques miches aux enfants qui passaient par là. Le terme « pillage » était donc bien peu à propos.

Louise Michel utilisa cette tribune pour en faire un véritable réquisitoire pour la liberté et pour l’égalité : « Il y a une chose qui vous étonne, qui vous épouvante, c’est une femme qui ose se défendre. On n’est pas habitué à voir une femme qui ose penser ; on veut selon l’expression de Proudhon, voir dans la femme une ménagère ou une courtisane ! ». Car Louise Michel avait à cœur l’égalité. Comme elle le déclara dans ses mémoires : « Si l’égalité entre les deux sexes était reconnue, ce serait une fameuse brèche dans la bêtise humaine. En attendant, la femme est toujours, comme le disait le vieux Molière, le potage de l’homme. Le sexe fort descend jusqu’à flatter l’autre en le qualifiant de beau sexe. Pour ma part, camarades, je n’ai pas voulu être le potage de l’homme, et je m’en suis allée à travers la vie, avec la vile multitude, sans donner d’esclaves aux Césars. »

Louise Michel partage avec les militantes de notre époque une qualité majeure, une qualité indispensable à tout combat : l’optimisme ou ce sentiment qu’un jour proche nous vivrons dans un monde où l’expression de Proudhon ne sera qu’un lointain souvenir. « Au-dessus des tribunaux, au-delà des vingt ans de bagne que vous pouvez prononcer, au-delà même de l’éternité du bagne si vous voulez, je vois l’aurore de la liberté et de l’égalité qui se lève. Et tenez, vous aussi, vous en êtes las, vous en êtes écœurés de ce qui se passe autour de vous !… ». Ces mots vous disent quelque chose ? Si vous avez vu le discours de Oprah Winfrey il y a quelques jours, sûrement. Alors qu’elle recevait le prix « Cecil B DeMille » aux Golden Globes pour l’ensemble de sa carrière, elle déclara : «  Dans ma carrière, ce que j’ai toujours essayé de faire, que ce soit à la télévision ou au cinéma, c’est de dire comment les hommes et les femmes se comportent, comment on ressent la honte, comment on aime et comment on s’énerve, comment on échoue, comment nous reculons, persévérons et comment nous surmontons. J’ai interviewé et dépeint des gens qui ont résisté à certaines des choses les plus laides que la vie puisse vous demander de vivre, mais la seule qualité que tout le monde semble partager est la capacité à garder l’espoir d’un matin meilleur, même pendant nos nuits les plus sombres. Je veux donc que toutes les filles qui regardent ici sachent qu’une nouvelle journée est à l’horizon. »

Au regard des événements de ces derniers mois, du nombre croissant de femmes et d’hommes qui s’engagent toujours plus ardemment pour une société égalitaire, nous en avons la certitude : ce jour est à notre portée. L’aurore dont parlait Louise Michel n’a jamais été aussi proche qu’aujourd’hui. Résiste.

La newsletter qui vous inspire

Share This

La newsletter qui vous inspire

Vous êtes inscrit•e. Bienvenue chez les Glorieuses et à mercredi prochain !