On a gagné le gros lot

Cette semaine, j’ai appris ce qu’était une pension de réversion. On ne rit pas, merci. Pour les quelques personnes qui se trouvent dans la même ignorance, il s’agit du reversement d’une partie de la retraite d’une personne décédée à son ou sa conjoint·e. En 2016, les dépenses liées aux pensions de réversion et aux allocations veuvage représentent 11% de l’ensemble du budget consacré aux pensions. Soit 35,8 milliards d’euros. Ne me remerciez pas de cette définition, elle vous sera bientôt complètement inutile. Le Haut-Commissariat à la réforme des retraites [organisme ayant pour mission de préparer, de rédiger, et de faire le service après-vente de la réforme qui sera mise en application en 2019] se pose la question à voix haute (puisque dans un mail envoyé aux syndicats) : « Compte tenu des évolutions en matière de taux d’emploi des femmes et de conjugalité, doit-on maintenir des pensions de réversion ? ». En d’autres termes, « ça nous soule ce truc et puis les vieilles font pas de manifs ». C’est évidemment un problème. Car l’espérance de vie des hommes en France atteint 80 ans et celle des femmes 85,6 ans. Car en 2013, la moyenne des pensions perçues par les hommes était de 1642 euros et par les femmes de 993 euros. Soit environ 65 % en plus. Les femmes sont ainsi les principales bénéficiaires de ces pensions de réversion. Elles permettent même  – pour les mariages hétérosexuels  – de réduire de 15 points l’écart de pension entre les femmes et les hommes. « Compte tenu des évolutions en matière de taux d’emploi des femmes et de conjugalité, doit-on maintenir des pensions de réversion ? ». La réponse est OUI, cher commissaire (cherchez pas, c’est bien un homme). On lui dit ?

« Vieillir vieux, c’est bien mais vieillir bien, c’est mieux »

C’est même politique. Il s’agit du slogan de la maison des Babayagas, à Montreuil, lieu autogéré, solidaire, et féministe pour les femmes de plus de 60 ans. La militante Thérèse Clerc avait porté ce projet pendant une dizaine d’années avant qu’il voit le jour. Et elle a abordé la vieillesse des femmes comme son engagement au sein du Mouvement de libération de l’avortement et la contraception : « toute ma vie j’ai voulu refaire le monde, donc j’aborde la vieillesse en voulant refaire la vieillesse, c’est normal ! », in « La vieillesse, une identité politique subversive » par Catherine Achin et Juliette Rennes dans la revue Mouvements (2009).

Thérèse Clerc a fait du mépris des vieilles l’objet de sa lutte : « nous ne voulions pas être traitées comme de simples objets de désir, nous ne voulons pas être traitées comme des objets de compassion, mais rester des sujets de notre propre destinée ».

Car c’est tout le sujet. « Le regard de la société sur la vieillesse et le vieillissement est méprisant. Ce mépris prend la forme de la commisération ou de l’indifférence : les vieux sont mis en retraite et en retrait. (…) ils sont impotents, on n’a rien à leur dire et ils n’ont plus rien à dire ». Alors qu’en 2050, une personne sur trois dans les nations industrialisées aura plus de 65 ans.

Il y a encore plus invisible qu’une femme dans notre société : sa mère. Ou sa grand-mère. Ou son arrière grand-mère  (vous voyez le principe). Après avoir bravé les garçons dans la cour de récré, le harcèlement au collège, les discriminations à l’université, les inégalités salariales dans le monde du travail, les violences multiples en allant chercher du pain, ce n’est pas fini : en vieillissant, vous devenez complètement invisible. Bingo.

Crédits photo : Tiago Muraro 

TIREZ VOTRE ÉPINGLE DU JEU.

Exp. fr. Réussir à sauver sa cause. Être une Glorieuse. 
Chaque semaine dans votre boîte mail. 

La newsletter qui vous inspire

Privacy consent

Vous êtes inscrit•e. Bienvenue chez les Glorieuses et à mercredi prochain !

Share This