Sélectionner une page

Pour lire cette newsletter qui défend les sexualités des femmes, on propose en fond sonore (et visuel)  : Jannelle Monáe – PYNK 🍓

Cher journal,

Aujourd’hui je suis saoulée, vraiment. Je viens de me disputer avec une de mes amies à propos de sexualité. Oui tu as bien lu. On a parlé de sexualité. Je suis une adolescente – pardon, jeune adulte – de 18 ans et je suis vierge. Pourtant je ne nie pas l’envie de passer à l’acte et je lui explique donc assez brutalement mon manque à ce niveau là. En gros je lui ai dit « j’ai envie de baiser ». Ce a quoi elle a répondu :

Bizarre comme réponse de sa part, hein? Je me suis sentie jugée. Le pire dans cette histoire c’est que la meuf a renchérit en m’expliquant que « Ouais non mais attends t’es vierge et tu veux que ça se fasse? Arrête, ça me gêne ».

De la gêne? En quoi cela serait étrange d’avoir ces envies et ces discussions à mon âge? Ce que j’en pense c’est que l’environnement dans lequel on grandit nous pousse à se taire, quand on est des filles, quand il s’agit de vouloir baiser. Et mon désir alors?

Et bien moi je dis non. Ce que je trouve paradoxal c’est qu’en 2018, à l’heure où les films pornographiques ou les scènes hyper-sexualisantes dans les films et séries nous envahissent, je ne puisse pas émettre tel ou tel désir dans une simple conversation sans être jugée, sous prétexte – peut être – que je suis une « jolie petite fleur à l’aube de sa vie » à préserver. Cela me fait penser à la vidéo absolument sublime de l’artiste Charlotte Abramow, sortie le 8 mars à l’occasion de la journée internationale de lutte pour les droits des femmes. Les Passantes, une ôde aux féminités, aux désirs féminins, aux corps, aux séxualités a été censurée sur YouTube car on y représente des clitoris, des fesses voluptueuses et des corps de femmes qui dansent. Y’a encore du boulot pour que ce soit normal de parler de sexualité et de désir féminin dans l’espace public, que ce soit avec ma pote ou dans les médias.

Nous les femmes, avec nos besoins et nos désirs, on a le droit de les exprimer comme on le souhaite.

✨  #INSTANTPAILLETTES ✨ 

Tu peux parler de sujets, des envies, des désirs à qui tu veux et quand tu veux. Il ne s’agit pas d’avoir de l’experience pour parler de sexualité. Encore une fois les gars (ouais meufs et mecs) : communiquer et avoir des conversations sur nos sexualités ne devraient jamais être tabou ou minimisées parce que c’est NORMAL.

Cette newsletter a été écrite par la (badass) Petite Glo’ Ella (checkez son insta!).

Crédits photos : Capture d’écran Charlotte Abramow – Les Passantes (2018) 

LA newsletter des ados féministes

La newsletter qui vous inspire

Privacy consent

Vous êtes inscrit•e. Bienvenue chez les Glorieuses et à mercredi prochain !